AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 When the night has come...

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Date d'inscription : 25/06/2018
Messages : 104
Avatar + © : Teresa Palmer
Âge : 29 ans, bientôt 30
Occupation : Tout ce qui peut faire sortir Samaël de ses gonds
MessageSujet: When the night has come...   Mar 26 Juin - 11:17
... and the land is dark,
And the moon is the only light we see...


Avec une petite grimace d’inconfort, Alexys étire ses muscles endoloris. Garder la même position pendant des heures engourdit, c’est inévitable. Avec un discret soupir, elle referme le livre qu’elle vient de terminer, et jette un coup d’œil au-dehors, par l’immense fenêtre de la grande salle. Prise en étau entre celle-ci et le rideau, c’est la meilleure cachette qu’elle ait trouvée. Elle peut y rester toute la journée sans être vue, donc dérangée, et s’épargne ainsi la peine de jouer à cache-cache avec Samaël et son sbire… L’un comme l’autre, elle ne veut pas les voir. Elle parce qu’elle a la faculté de lui taper sur le système, et lui parce qu’il a la possibilité de la taper tout court… Ca, et d’autres choses qui, mises bout à bout, blasent la jeune femme à l’infini.

Ça fait trois jours maintenant qu’elle parvient à esquiver de cette façon celui qui se revendique comme son maître. Elle se lève avant lui, ce qui n’est pas bien difficile, et ne rentre qu’une fois qu’elle le sait occupé. A quoi et avec qui? Elle préfère ne pas le savoir. Egoïstement, de façon totalement irrationnelle, elle ne peut s’empêcher de se demander si elle lui manque, s’il la cherche, parfois… Elle se dit que si c’est le cas, elle va passer un sale quart d’heure quand ils se croiseront… Et au plus elle attendra avant de se montrer, au pire ce sera. Elle grimace, et son nez se fronce de contrariété. Tant pis. De toute façon, elle se fait probablement des idées. Des filles à sa disposition, il en a treize à la douzaine, déjà, et s’il venait à en manquer, son laquais ne manquerait pas de lui en apporter de nouvelles à se mettre sous la dent, littéralement. Du coup, éprouve-t-elle le moindre remord ? Non. Tout ce qu’elle ressent à cette idée, en fait, est une pointe de jalousie, à laquelle elle refuse de laisser la moindre place. Jalouse du traitement qu’il lui inflige ? C’est ça, finalement, le vrai piège de cet endroit… Te faire complètement perdre pied et envier des choses qui n’ont rien d’enviables !

Discrètement, elle passe un œil derrière la lourde teinture occultant la fenêtre contre laquelle elle est cachée. Personne. Cette salle, soit on n’y va pas, soit on la traverse mais on y reste rarement pour prendre le thé. Parfois, de temps en temps, quelqu’un à la recherche d’un peu de quiétude s’attable pour manger, boire ou autre ici plutôt qu’au salon, mais ça reste anecdotique, de ce qu’elle a pu voir. Leste comme un lapin, puisque la voie est libre, Alexys quitte son perchoir et presse le pas pour sortir, regagnant les couloirs. Ici, il y a un peu plus de monde, un peu plus de passage. La tête basse, le pas leste sans être trop pressé pour ne pas éveiller l’attention, elle fait un petit crochet par la bibliothèque du salon où elle redépose son livre (très intéressant, l’histoire de la marine et des explorateurs polynésiens… Ils avaient des radeaux suffisamment solides pour naviguer en haute mer…). Une fois débarrassée de son fardeau, elle file directement vers les cuisines. A cette heure, l’endroit est désert, et la porte fermée… Mais, depuis qu’elle est là, Alex a mis en place ses propres systèmes. Elle s’arrange pour être dans les tout derniers à passer au soir, et colle un morceau de scotch sur la porte pour éviter qu’elle ne se referme. Ça ne marchera pas éternellement, mais tant que ça marche, elle profite. Du reste, elle ne dévalise rien, elle prend simplement un quignon de pain, un morceau de fromage et un peu de raisin… Rapide dans sa manœuvre, elle planque le tout dans ses poches et ressort de la cuisine moins de trois minutes après y être entrée.

Une nouvelle fois, elle traverse les couloirs, mais un peu plus sur le qui-vive cette fois. C’est l’heure où la plupart des esclaves rejoignent leur chambre s’ils n’y sont pas déjà, afin d’être disponibles au réveil de leur maître. Alexys, pour sa part, presse le pas vers la sortie, son cœur accélérant de façon inversement proportionnelle sa vitesse de pompe avec la distance qui lui reste à parcourir. Non seulement elle ne sera pas là au réveil de Samaël, mais elle n’était pas là non plus à son coucher… Et ce, depuis trois jours déjà. Avec un peu de chance, il finirait par la croire morte et l’oublier… Ce qui lui laisserait toute la latitude du monde pour filer en douce de cet endroit de malheur.

Avec de l’adrénaline saturant son système sanguin, elle atteint les jardins et s’offre le luxe d’inspirer à pleins poumons. Partie comme elle est, elle aurait droit à une nouvelle soirée de paix, dormirait dehors probablement, et porterait à quatre le nombre de jours sans avoir croisé le regard de l’enfant de la nuit. Loin de prendre son temps pour autant, d’un pas prompt et leste, elle se dépêche de rejoindre le couvert des plantes luxuriantes, si vertes et si denses qu’elles la dérobent aisément à la vue des hautes baies vitrées du château. Alors seulement, elle s’autorise à ralentir un peu le pas, et à flâner.

La température et le taux d’humidité élevés, tropicaux, de l’air gardent la majorité des personnes, humaines comme vampires, à l’intérieur des murs du château, plus frais. Alexys pour sa part préfère subir la lourdeur des tropiques que l’oppression de créatures mythiques. Elle préfère une situation inconfortable qu’elle ne maîtrise pas, mais où le plus à craindre est de suer ou de se faire piquer par les moustiques, que de se faire torturer ou piquer par un vampire. Un peu plus à l’aise, elle sort son morceau de pain et de fromage, et se dépêche d’engloutir les deux, avant que le second ne devienne impropre à la consommation. Le pas lent, tout en mangeant, elle laisse son regard aller de plante en plante, apprécie le vert intense de leurs feuilles, toujours éclatant malgré l’imminence du crépuscule. Ici, un hibiscus dont les fleurs commençaient doucement à se clore pour la nuit. Là, des orchidées tombant mollement du haut des arbres… C’est au milieu du jardin qu’elle s’arrête, se faufilant entre les bâtons installés par les métayers pour supporter les branches d’un figuier d’une taille impressionnante. Là, lovée près des racines de l’arbre géant, elle se sent un peu moins oppressée par sa situation précaire. Un peu moins stressée, elle sort sa grappe de raisin et prend son temps pour la manger. Le soleil, quant à lui, a achevé sa descente. Il est parti illuminer une autre partie du globe. Dans le château, ça s’active. Les lumières s’allument les unes après les autres et très rapidement, le bâtiment illumine de mille feux, comme un phare maudit guidant les marins vers une mort certaine…

_________________
Thanks for making me a fighter
by lizzou.

- Absente jusqu'au 23/07 -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 505
Pseudo/Prénom : Nalex/Alexia
Multicompte(s) : Aucun
Avatar + © : Luke Grimes + @Shiya
Âge : Si physiquement on lui donne 30 ans, en réalité il va sur ses 90 ans
Occupation : Prendre un mâlin plaisir à tourmenter quelques humains
Everything about me : "Donc vous voulez que je vous parle de moi. Je n’ai rien à dire. Même si c’était le cas, vous auriez tort de me croire. La confiance est un mensonge. Personne ne connaît jamais personne. Les gens pensent que si on aime suffisamment quelqu’un, alors tout pourra toujours s’arranger. Les gens ont tort [...] À la fin, vous serez seulement malheureux. "

MessageSujet: Re: When the night has come...   Mer 27 Juin - 17:02
Trois petits coups à la porte. Presque hésitants. Il n'en faut pas plus à Samael pour émerger de son sommeil qui n'aura duré qu'une heure ou deux. Ces derniers temps, le vampire n'a pas le temps de réellement se reposer. Non pas qu'il ait vraiment besoin de dormir longtemps, mais ça lui aurait fait le plus grand bien suite aux derniers jours éreintants qu'il a vécu. Se redressant, il s'attend à voir Alexys passer le seuil de la porte alors qu'il lui dit d'entrer. Car elle sait qu'il aime avoir sa présence à son réveil. Et on ne dit pas non aux ordres de son maître vampire. Surtout que cela fait trois jours qu'il ne l'a pas vu, ni même torturée, car non présent au château pour pouvoir gérer ses responsabilités d'héritier. Mais la déception est au rendez-vous alors que c'est la succube du brun qui prend place devant lui. Et le vampire ne peut s'empêcher de réprimer un soupir. Lui qui avait décidé de laisser souffler un peu Alexys lors de son absence, tout comme ses autres esclaves... Geste de clémence rare chez lui. Et qui n'est pas prêt de se reproduire alors que la blonde n'est pas là et qu'il est loin de s'imaginer la suite des événements.

Sa succube approche, hésitante. Elle le connaît bien, et sait qu'il n'aime pas être contrariée au réveil. Samael s'étire, voit bien qu'elle attend quelque chose, mais ne dit rien sur le coup. « Où est-elle ? » qu'il demande, sachant pertinemment qu'elle a très bien compris de qui il veut parler. Il veut Alexys bien sûr, et personne d'autre. Sauf que l'attitude de sa succube lui met la puce à l'oreille. Du genre à faire tout son possible pour faire de la vie de l'esclave blonde encore plus un enfer, cette hésitation est peu coutume de sa part. Mais tout n'est qu'apparence avec elle, car intérieurement elle jubile. Son attitude n'est qu'une manière d'attiser encore un peu plus la colère de Samael envers l’insolente. « Eh bien ? » qu'il questionne en arquant un sourcil, alors qu'on peut clairement lire l'impatience dans sa voix. « Elle est dans les jardins. » que la succube répond enfin. Ce qui a le don de redresser Samael d'un bon. Et avant qu'il ne puisse dire quoique ce soit de plus, elle se fait un malin plaisir d'ajouter, «  Et ce n'est pas le seul interdit qu'elle est en train de braver. »

Samael réagit au quart de tour. Poussant un juron, il s'habille en quelques secondes à peine avant de se diriger vers les jardins à vitesse vampirique, laissant sa succube sur place, cette dernière ne pouvant réprimer un petit sourire en coin satisfait et triomphant qu'il ne peut bien évidemment pas voir. Aux portes du château, le vampire arrête sa courses. Les jardins s'étendent devant lui et, scrutant les environs, son regard perçant les ténèbres tombe bien vite sur son esclave. S'approchant en silence, il l’observe un moment. Alexys est adossée à un arbre, et mange une grappe de raisin, comme si tout ceci était absolument normal. A pas de loup, Samael se rapproche d'elle et se place à un mètre à peine, sur sa droite, dans son angle mort. Il attend quelques secondes et... « Ça va j'te dérange pas trop ? » qu'il demande en fausse interrogation d'une voix grave, excédée et un brin menaçante. Bras croisés, mâchoires serrées, il fait tout pour garder son calme alors qu'il toise son esclave dont le pouls vient de s’accélérer sous l'effet de la surprise...

_________________
Jouer entre nous
ça reste jouer avec le feu
pour oil on these flames, speed up my heart again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 25/06/2018
Messages : 104
Avatar + © : Teresa Palmer
Âge : 29 ans, bientôt 30
Occupation : Tout ce qui peut faire sortir Samaël de ses gonds
MessageSujet: Re: When the night has come...   Mer 27 Juin - 17:32
Ses pensées, qui commençaient à se faire foule sous son crâne blond, volent toutes en éclat lorsque ses oreilles captent la voix grave de Samaël, le corps d’Alexys sursautant violemment dans la foulée. Dire qu’il l’a surprise est un euphémisme, mais la surprise ne tarde pas à disparaître au profit de l’appréhension. Elle sent ses couleurs la quitter, ressent comme une douche froide qui partirait du sommet de son crâne pour finir sa course dans chacune de ses extrémités. Sa bouche s’assèche, elle sait, elle sent que ça va être sa fête, et, pétrifiée par cette appréhension, n’ose pas le regarder, n’ose pas répondre. Ses gestes, du reste, se sont suspendus. Ses mains se sont sagement posées sur ses cuisses, où la grappe de raisin patiemment qu’elle la termine… En aura-t-elle seulement l’occasion ? Rien n’est moins sûr…

Et puis, son côté rationnel et philosophe reprend le dessus. Forte de son penchant nihiliste, à savoir que tout est vain, même sa propre existence, et aidée du lâcher-prise dont elle est capable, Alexys parvient à ignorer ses craintes, retrouve un peu de couleurs et tourne un très large sourire vers le vampire. « En fait, tu tombes plutôt bien, je commençais à m’ennuyer toute seule. Tu en veux un peu ? » ose-t-elle lui proposer, en lui tendant du raisin…

Son culot, elle le sait, ne fera qu’empirer les choses. Elle se moque de lui, se moque de l’autorité qu’il veut revendiquer sur elle et à la face de laquelle elle crache sans vergogne, refusant de se soumettre… Son cœur, moins alerte que sa philosophie, lui, sait que la douleur arrive, est imminente, et s’est emballé. Ça ne sera pas quatre jours sans voir Samaël du coup, ça sera peut-être même la dernière fois qu’elle le voit, lui et n’importe qui d’autre. L’adrénaline sature son système sanguin, faisant légèrement trembler ses doigts, qu’elle maîtrise pourtant, par habitude du terrain et des situations délicates. Seulement, en temps normal, les situations délicates, elle les désamorce plutôt que de sauter gaiement sur les mines qu’elles sont, se les faisant exploser au visage…

L’indocile humaine garde son geste en suspens jusqu’à obtenir une réponse du vampire, et, tant qu’elle y est, foutue pour foutue, décide d’enfoncer le clou. « Dis donc ça fait longtemps que je ne t’avais pas vu. A croire que je te fais peur. » Elle vient se mordre la lèvre inférieure pour se retenir de lui rire au nez. Elle est comme ça, Alexys, elle adore l’ironie, même quand elle est loin d’aller dans son sens… Et puis finalement, après s’être autorisé un tout petit rire à sa propre blague (elle est son meilleur public et va probablement bientôt mourir, donc si elle ne rit pas maintenant, elle gaspille probablement sa dernière opportunité !), elle pousse un soupir et lève discrètement les yeux au ciel, avant de se lever et de venir se planter face au vampire, croisant les bras sur sa poitrine, l’air blasé. « Bon, qu’est-ce que ce sera cette fois ? Le fouet ? Tu vas m’enfermer pendant une semaine ? Tu vas me donner une fessée ? Bouh, vilaine Alex… »
Vas-y, semblent lui crier ses yeux, avec une farouche détermination. Elle le défie de le faire, elle le défie d’essayer de la briser et jubile de le contrarier, de ne pas lui donner cette satisfaction… Elle s’en remettra, elle le sait. Ce sera dur, certainement, mais si elle survit, elle s’en remettra. Son esprit est de feu, un brasier inextinguible, indomptable, duquel personne ne vient à bout… Sauf elle-même. Quoique Samaël décidera de lui faire subir, elle est prête à le recevoir.

_________________
Thanks for making me a fighter
by lizzou.

- Absente jusqu'au 23/07 -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 505
Pseudo/Prénom : Nalex/Alexia
Multicompte(s) : Aucun
Avatar + © : Luke Grimes + @Shiya
Âge : Si physiquement on lui donne 30 ans, en réalité il va sur ses 90 ans
Occupation : Prendre un mâlin plaisir à tourmenter quelques humains
Everything about me : "Donc vous voulez que je vous parle de moi. Je n’ai rien à dire. Même si c’était le cas, vous auriez tort de me croire. La confiance est un mensonge. Personne ne connaît jamais personne. Les gens pensent que si on aime suffisamment quelqu’un, alors tout pourra toujours s’arranger. Les gens ont tort [...] À la fin, vous serez seulement malheureux. "

MessageSujet: Re: When the night has come...   Mer 27 Juin - 18:05
Alexy le nargue, lui répond avec une insolence que très peu d'esclaves oseraient user. Elle lui répond sur un ton défiant l'autorité. Et pourtant, Samael ne réagit pas. Et c'est peut-être bien ça le pire. Ce self contrôle qu'il affiche alors que ses poings se serrent à s'en faire péter les phalanges. Il se retient, car il sait que s'il laisse parler sa colère, cette fois Alexys risque de ne pas s'en sortir indemne, contrairement aux autres sévices qu'il a déjà pu lui faire subir. Sauf que la blonde n'en a pas fini de jouer avec le feu tandis qu'elle tend la grappe de raisin qu'elle a volé dans la cuisine du château. A croire qu'elle le fait exprès. Et bien évidemment, c'est le cas. Passant pour la blonde écervelée alors que c'est tout le contraire, le vampire le sait bien. Loin d'être idiot, il sait parfaitement pourquoi elle défie constamment son autorité. Lui-même en ferait de même si les rôles étaient inversés. Mais au bout d'un moment, l'instinct de survie n'est-il pas censé prendre le dessus ? Faut croire que non. En tout cas, Alexys semble en être totalement dépourvu alors qu'elle s’approche du vampire, se plantant face à lui tout en sortant une blague qui ne fait rire qu'elle. La lèvre de Samael se soulève, imperceptiblement. Seul un œil vampirique pourrait le remarquer. Mais ce n'est pas tant la blague qui le fait réagir, que l'attitude d'Alexys qu'il trouve sacrément gonflée. La blonde a atteint un stade dont il ne la pensait pas capable.

Silencieux jusqu'à maintenant, les derniers mots de l'esclave le font sortir de sa torpeur. En un éclair, il vient plaquer Alexys contre l'arbre gigantesque où elle se reposait quelques minutes plus tôt. Contenant sa force, Samael retient Alexys contre le tronc, une main plaquée sur sa gorge, alors qu'il exerce une légère pression, obligeant la jeune femme à respirer de manière saccadée. « T'aimes ça hein, jouer avec le feu, défier mon autorité... » qu'il demande sans attendre une quelconque réponse de sa part. Menaçant, son visage s'approche de celui de la blonde. « Peut-être que je devrais te punir plus sévèrement... » qu'il commence, alors qu'il hume son odeur en fermant les yeux. « Peut-être que je devrais t'arracher quelques membres ou brûler certaines parties de ton corps... » qu'il poursuit alors que son autre main vient chercher la grappe de raisin dans celle d'Alexys. « J'dois être trop gentil avec toi pour que tu continue à être insolente comme ça. » et alors qu'il plonge ses yeux carnassiers dans ceux de la blonde, Samael écrase dans son poings la grappe de raisins dont il ne reste presque plus rien tandis que son autre mains presse un peu plus contre le cou de la belle, lui coupant ainsi totalement la respiration. « C'est bien la dernière fois... » Et le vampire reste ainsi de longues secondes, voyant le visage d'Alexys changer de couleur au fil du temps qui passe, son corps se mouvant sous l'instinct de survie. Enfin ! Enfin un signe qui prouve qu'elle en a un. Mais il ne lâche pas tout de suite Samael. Oh ça non. Il compte bien lui faire comprendre le sérieux de la situation dans laquelle elle vient de se fourrer et qu'il ne tolérera plus de tels écarts. Et c'est un sourire mauvais qui vient étirer ses lèvres alors que les poumons de la belle se trouvent privés d'air...

Une présence dans son dos vient le distraire et, c'est excédé que Samael pivote son visage vers a personne qui ose le déranger. Quand il se rend compte qu'il s'agit de sa succube venu bien évidemment profiter du spectacle, l'exaspération de Samael s’agrandit encore un peu plus. « Retourne à l'intérieur. » qu'il lui ordonne du voix sourde. Mais bien évidemment, elle ne l'écoute pas, bien trop satisfaite de ce qui se passe sous ses yeux. « J'ai dit, retourne à l'intérieur ! » qu'il gronde férocement alors qu'il pivote totalement vers elle, lâchant ainsi la prise exercée sur Alexys

_________________
Jouer entre nous
ça reste jouer avec le feu
pour oil on these flames, speed up my heart again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 25/06/2018
Messages : 104
Avatar + © : Teresa Palmer
Âge : 29 ans, bientôt 30
Occupation : Tout ce qui peut faire sortir Samaël de ses gonds
MessageSujet: Re: When the night has come...   Jeu 28 Juin - 12:11
La réaction de Samaël face à l’effronterie d’Alexys est violente. Dire que l’humaine ne s’y attendait pas serait mentir. Elle savait parfaitement ce qui lui pendait au nez avant de le provoquer. Est-ce que ça l’a dissuadée de changer d’avis ? Pas vraiment. Quelque part, si elle y réfléchit un peu, elle se dit qu’elle a besoin de le faire, besoin de cet exutoire, besoin de quelqu’un vers qui diriger sa colère. Parce qu’Alexys est en colère. Elle est furieuse contre cet endroit, furieuse contre la succube qui l’y a traînée, furieuse contre Lui qui essaie d’aplanir les choses parfois, tout en la brutalisant quand ses caprices ne sont pas satisfaits… Elle a besoin de lui faire comprendre qu’elle n’est pas un objet dont il peut disposer, malgré ce que d’autres lui font croire. Elle a besoin qu’il voit que sans sa force de créature de légende, il ne parviendrait pas à la soumettre. Elle veut qu’il percute qu’il peut lui faire le mal qu’il veut, son esprit restera hors de sa portée…

Pour ce faire, la provocation et l’encaissement des conséquences de cette dernière lui semblent être le meilleur moyen. Le concept est bancal dans la mesure où elle doit passer par la case « souffrances » pour recevoir ses vingt mille francs, mais, et ce sans la moindre hésitation, elle préfère cette rébellion passive/agressive à la simplicité d’accepter son sort, de s’y résoudre, et de se fondre dans le rôle qu’il attend d’elle. Rien que la pensée l’horripile au plus haut point. Alexys n’est pas et ne sera jamais une esclave. Plutôt mourir demain, mais debout, qu’après vingt ans de servitude insipide…

Alors elle laisse les doigts du vampire se fermer sur sa gorge, gorge qu’elle tend afin de laisser plus de latitude à la prise et souffrir moins. Ces étreintes, elle est entraînée à les briser. Elle sait ce qu’elle doit faire. Ne pas lutter directement à la prise mais glisser ses bras entre ceux de son agresseur, et écarter pour l’obliger à lâcher prise. Ensuite coup de tête, selon l’opportunité, béquille ou uppercut, et on l’achève avec un bon gros shot dans le ventre… Des années qu’elle pratique le krav maga, qui fait partie de leur entraînement quotidien, et la boxe thaï, donc la défense, elle connaît. Seulement, aucune leçon n’a été donnée concernant les vampires, et leur force hors norme. Des adversaires plus costauds, elle peut les maîtriser dans une certaine mesure, en retournant leur force contre eux, mais
Lui… Ce serait se bercer d’illusion que d’espérer prendre le dessus…

Alors elle laisse faire, respirant par à-coups, par petites inspirations, tout ce que lui permettait la prise de Samaël. Elle espère qu’il se lassera avant les dix minutes réglementaires, celles qu’il lui faut pour la tuer ainsi. Plutôt confiante, elle se dit qu’il s’arrêtera avant, ou qu’il lui brisera le cou, tout simplement, ça va plus vite. Mais la sensation demeure des plus désagréables. Sa gorge la brûle sous la pression, des taches blanches s’impriment contre sa rétine. Même si elle le voulait, elle ne pourrait répondre aux questions, rhétoriques au demeurant, que lui pose Samaël. La seule pensée qu’il se croit libre de pouvoir lui infliger ce traitement l’enrage, et c’est sous l’emprise de la colère qu’elle commence à se débattre. Le regard qu’elle lui lance est flamboyant. Combattive, elle tente de lui expédier un coup de genou dans les parties, refusant de se laisser faire, mais l’affermissement de la prise du vampire sur sa gorge coupe court à ses manœuvres.

Le manque d’air commence à être difficile à supporter. Nerveux cette fois, pas automatisme de survie, son corps se met à s’agiter. Elle ne peut plus chercher à faire mal à son agresseur, elle cherche simplement à se soustraire de son emprise. Ses doigts trouvent la main du vampire et tentent de desserrer l’étreinte, sans qu’Alexys n’envisage une seule seconde que cela soit possible. Elle est sur le point de défaillir quand l’étau cesse de se resserrer, et, quelques secondes plus tard, se relâche tout à fait, libérant la jeune femme de sa prison.

Ses jambes incapables de la porter, ses genoux heurtent le sol tandis qu’elle inspire bruyamment, portant sa propre main à son cou. Haletante, un peu de sueur perlant sur son front, elle lève un regard brouillé vers la raison de l’interruption de sa punition. La succube de Samaël. Discrètement, elles échangent une œillade. L’une jubile d’une façon très visible, l’autre fait tout son possible pour contenir son caractère tempétueux. Alexys sait parfaitement pourquoi elle agit ainsi, et, totalement dénuée de mesquinerie, plutôt solidaire même avec ses compagnes féminines, elle n’a pas envie de l’exposer… Mais elle est prête à parier qu’elle est responsable, d’une façon ou d’une autre, de cette situation.

Plusieurs piques bien senties lui viennent en tête, du genre, « Et ben Samy, on ne peut pas dire que ça soit ta soirée… D’abord moi, puis elle… T’as plus aucune autorité mon vieux, fais-toi une raison ! », mais le fait qu’elle peine encore à retrouver son souffle lui évite au moins cette idiotie-là. Finalement, vu qu’elle n’a pas l’air de vouloir obéir à son maître en quittant la scène, Alexys a tout de même le temps de placer « Je parie qu’elle veut son tour d’étranglement… Quoiqu’elle doit déjà y avoir droit quand vous pratiquez le coït. Ca fait pas partie de vos déviances sexuelles ? » Elle tousse, d’abord, puis se surprend à retard de l’amertume de son ton, bien plus perceptible qu’elle ne l’aurait cru, suffisamment pour la troubler. Pourquoi éprouve-t-elle la moindre amertume à l’idée que Samaël et sa succube s’envoient en l’air ? Ce n’est pas comme si elle enviait sa partenaire, si ? Non, aucune chance…

Le visage de l’humaine, qui continue à masser son cou endoloris, se renfrogne. L’idée qu’elle puisse paraître jalouse, donc vulnérable, la contrarie au plus haut point. Néanmoins, le regard mauvais qu’elle lance au couple les orientera peut-être sur la piste du mépris que sur celle de la jalousie. Elle l’espère, tout du moins, profitant de cet intermède pour se remettre péniblement sur pieds. Sa gorge la brûle toujours, et des marques rouges ont pris place à l’endroit où Samaël l’a prise dans l’étau de ses doigts. Elle choisit de tenter de mettre cette situation délicate à profit. « Bon, je vois bien que vous avez des choses à régler et besoin d’intimité, ça m’ennuierait d’être de trop, alors je me sauve… » lance-t-elle, tentant juste après une manœuvre de retraite…

_________________
Thanks for making me a fighter
by lizzou.

- Absente jusqu'au 23/07 -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 505
Pseudo/Prénom : Nalex/Alexia
Multicompte(s) : Aucun
Avatar + © : Luke Grimes + @Shiya
Âge : Si physiquement on lui donne 30 ans, en réalité il va sur ses 90 ans
Occupation : Prendre un mâlin plaisir à tourmenter quelques humains
Everything about me : "Donc vous voulez que je vous parle de moi. Je n’ai rien à dire. Même si c’était le cas, vous auriez tort de me croire. La confiance est un mensonge. Personne ne connaît jamais personne. Les gens pensent que si on aime suffisamment quelqu’un, alors tout pourra toujours s’arranger. Les gens ont tort [...] À la fin, vous serez seulement malheureux. "

MessageSujet: Re: When the night has come...   Jeu 28 Juin - 19:06
Il fallait que sa succube arrive à cet instant alors que Samael a déjà du mal à retenir sa rage. Surtout qu'il n'est pas stupide le vampire. Même s'il est loin de se douter des sentiments que la créature nourrie à son égard, il voit bien qu'elle ne supporte pas Alexys, sans se douter une seule seconde de pourquoi. Pour lui, il s'agit juste d'une jalousie entre filles qu'il ne comprend pas, bien loin d’imaginer être au centre de cette animosité entre les deux. Mais la voir avec ce petit sourire en coin profiter du spectacle que lui offre son maître et une esclave a fini de le faire exploser.

C'est sur un ordre que Samael la somme de rentrer, relâchant ainsi Alexys qui peut reprendre sa respiration. En tout cas, cette fois, la succube baisser la tête et semble se faire toute petite face au ton employé par le vampire qui laisse craindre le pire. Et elle sait qu'il peut être vraiment cruel Samael. Encore plus que ce qu'il a déjà pu infliger à son esclave qui ose encore faire sa maligne en lançant une réplique à laquelle le vampire ne s'attendait pas. Et curieusement, au lieu de s'emporter encore un peu plus, Samael se surprend à arborer à son tour, un sourire en coin. Sourire que bien évidemment Alexys ne peut pas voir puisqu'il lui tourne toujours le dos. Mais sa succube elle, l'a bien vu, et c'est un regard dubitatif qu'elle lui lance. Auquel il répond par un regard à vous glacer le sang et qu'elle comprend en tournant les talons.... Le silence se fait, bien vite rompu par Alexys qui en profite pour reprendre la parole d'un ton sarcastique. « Toi, tu bouges pas. » qu'il ordonne à son esclave sans même la regarder, tandis qu'il observe sa succube retourner dans le château l'air penaude. Pour sûr qu'elle se fera remonter les bretelles plus tard. Quelle idée de défier l'autorité de son maître face à une esclave ! Déjà qu'Alexys ne lui rend pas la tâche facile alors si elle, elle s'y met en plus !

Et il est loin de se douter à quel point elle va lui mettre des bâtons dans les roues cette jolie blonde. Car déjà, elle en a profité pour s'éloigner à pas de loup. Ça aurait pu marcher.... si seulement Samael n'était pas un vampire. Aussi silencieuse semble-t-elle être. Il l'a pourtant parfaitement entendu se mouvoir. « Faut que j'te l'dises en quel langue ? » qu'il lui lance d'une voix grave tandis qu'il se tourne à nouveau vers elle. Son ton est dur, signifiant qu'il a fini de jouer. Et si jusqu'à présent il a laissé passer son insolence, cette fois il vaudrait mieux qu'elle se tienne à carreau... Mais Alexys restera Alexys et bien sûr, elle se fiche pas mal des menaces qu'il peut bien proférer... La preuve en est qu'elle ne s'arrête même pas, malgré le ton effrayant employé par Samael.

Et c'est à vitesse de vampire que Samael la rejoint. « Putain, tu commences sérieusement à m’emmerder. » qu'il lance tandis qu'il la plaque contre le mur végétal tout aussi rapidement et sans qu'elle ne puisse s'y attendre, relevant ses bras au dessus de sa tête et l’empêchant d'esquisser le moindre mouvement. Si elle pensait s'en sortir aussi facilement... « C'est pas en me défiant constamment que tu vas rendre ta vie ici plus agréable ! » qu'il commence, tandis que son visage s'approche du sien. « Et je sais pourquoi tu fais ça » qu'il continue en murmurant à son oreille tel un secret, alors qu'il attrape d'une main les poignets d'Alexys, tandis que son autre main redevenue libre, trace un sillon sur sa peau, partant de sa mâchoire et longeant son cou, juste au dessus de sa jugulaire qu'il sent palpiter sous ses doigts. « Tu penses très certainement que je vais me lasser de toi, que je vais finir par ne plus te supporter et te laisser partir. Ou pire, te tuer. » qu'il enchaîne, son regard détaillant la jeune femme. « Mais tu te trompes Alex. Ça n'arrivera pas. » qu'il termine, appuyant bien sur le surnom qu'il se permet de lui donner tout en plongeant son regard intense dans le sien.

_________________
Jouer entre nous
ça reste jouer avec le feu
pour oil on these flames, speed up my heart again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 25/06/2018
Messages : 104
Avatar + © : Teresa Palmer
Âge : 29 ans, bientôt 30
Occupation : Tout ce qui peut faire sortir Samaël de ses gonds
MessageSujet: Re: When the night has come...   Ven 29 Juin - 10:42
Il lui a dit, pourtant, de ne pas bouger, Samaël. Alexys a-t-elle écouté ? Oui, elle écoute toujours. Déjà, parce qu’elle n’est pas sourde, et ensuite, si elle n’écoutait pas… Comment ferait-elle pour savoir exactement quoi faire pour l’irriter ? Mais pour le coup, ne pas obéir a moins appartenu à son désir de le défier qu’à celui de mettre le plus de distance possible entre ses mains et sa gorge. Sans être traumatisée par l’expérience (elle en a vu d’autres), elle n’est pas spécialement impatiente de la revivre… Et surtout, après sa petite pique un peu amère, elle n’a pas la moindre envie d’être questionnée sur le sujet. En fait, elle n’avait déjà pas envie qu’on l’ennuie, à la base, mais là, c’est encore moins le cas. Le pire, c’est qu’elle sait pertinemment que sa tentative de fuite est vaine. C’est un vampire qui peut se pouvoir à dix fois, voire plus, sa propre vitesse. Beaucoup de gens se moquent du Flash, héros de comics, parce qu’il n’a de super pouvoir « que » celui d’être rapide, mais face à un humain lambda, c’est plus que suffisant. Y’a pas besoin de cogner fort si sur le même intervalle de temps, il peut frapper vingt fois quelqu’un avant de prendre un seul coup…

Le « Faut que j'te l'dises en quel langue ? » la fait grimacer. S’arrête-t-elle pour autant dans sa tentative de fuite ? Non, elle accélère même, ce qui est encore plus mauvais, elle le sait bien, puisque généralement, ça éveille les instincts de chasseurs des prédateurs… Elle grimace de plus belle et peste intérieurement contre cette situation bancale à crever. Est-ce qu’à un moment dans cet enfer elle va avoir une marge de manœuvre correcte ? Et cette pensée la fait se mordre la langue. Elle l’avait, cette possibilité, mais elle l’a jeté… Pour un mieux ou un pire ? Elle ne le saura jamais. En revanche, ce qu’elle sait, c’est que sa fuite sera de courte durée.

Et ça ne trompe pas. Quelques secondes plus tard, les maigres réserves de patience de Samaël sont épuisées, vu qu’il n’a vraiment pas la moindre envie de jouer, et Alexys, à son grand damn, se retrouve de nouveau entravée. Cette fois, la colère prend le dessus. Elle commence à se débattre comme une furie, tente de ruer, de donner des coups pour se libérer… Rien à faire. La prise du vampire est beaucoup trop ferme sur ses poignets. Elle hait cette position vulnérable, elle hait qu’il puisse faire d’elle ce qu’il veut… Et tente de mordre ce doigt qui s’aventure à une encablure de sa bouche… Trop tard, hélas. Le bleu de ses iris irradie d’une rage féroce. Si elle ne se laisse pas perturber par le poids du regard du vampire dans le sien, elle est parfaitement incapable de réprimer un frisson à la rencontre de son index et de la peau de son cou… De quelle nature est ce frisson ? Dégoût ? Appréhension ? Autre chose de plus… Sensuel… ? Elle n’en sait rien. Ce qu’elle sait, c’est que l’espace de quelques secondes à peine, son souffle se raréfie. Pendant ces quelques secondes, son corps s’est calmé, lui-même peu certain d’aimer ou de détester cette proximité entre lui et celui de Samaël… Mais ça, ce n’est que jusqu’à ce qu’Alexys ne retrouve ses esprits.

Alors, elle recommence à ruer, grogne même, pour tenter de retrouver sa liberté. Voyant sur ses efforts demeureront, de toute façon, vain, elle finit par se calmer de nouveau et laisse sa bouche se fendre d’un sourire, se mettant même à rire un peu. Sa haine s’atténuant, elle lance un regard au vampire, presque désolée pour lui. « Je pense que tu sous-estimes gravement ma capacité à me rendre insupportable,
Sam» commence-t-elle, rendant coup pour coup, jouant au même jeu que lui. S’il veut la titiller avec de la proximité, très bien. Elle jouerait avec les mêmes armes. Elle n’a plus cinq ans, et bien qu’elle déteste employer ce genre de méthode, elle sait comment ça marche. «Je vais faire de ta vie un Enfer… » lui murmure-t-elle, amenant son nez frôler sa joue. « Tu pourras hurler, me frapper ou pire, autant que tu voudras… Je ne rendrai jamais les armes… » Son ton, bien que bas et caressant, demeure d’une ferme détermination. « Je ne te mens pas… » poursuit-elle, sur une fréquence plus douce. « Je n’essaie pas de me donner l’air de ce que je ne suis pas, ni de faire de toi ce que tu n’es pas non plus… Admets-le, je ne t’attire rien de bon… » baissant légèrement la tête, elle souffle doucement dans son cou. « Tu as de la chance que ton cœur ne batte plus… » Sinon, la pression artérielle due à la colère qu’elle fait naître chez lui le tuerait probablement, à cette fréquence. « Il y a des esclaves qui aiment ou apprennent à aimer leur condition… Tu en as déjà beaucoup dans ce cas là… Rends-toi service… Laisse-moi partir… » Ce serait, d’un point de vue purement pragmatique, la solution à tous ses problèmes. Redevenue immobile, pour ainsi dire, calmée, Alexys lève vers lui des yeux cette fois plein d’espoir. Plein d’espoir pour lui, plein d’espoir pour elle… Plein d’espoir pour un lendemain meilleur…

_________________
Thanks for making me a fighter
by lizzou.

- Absente jusqu'au 23/07 -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 505
Pseudo/Prénom : Nalex/Alexia
Multicompte(s) : Aucun
Avatar + © : Luke Grimes + @Shiya
Âge : Si physiquement on lui donne 30 ans, en réalité il va sur ses 90 ans
Occupation : Prendre un mâlin plaisir à tourmenter quelques humains
Everything about me : "Donc vous voulez que je vous parle de moi. Je n’ai rien à dire. Même si c’était le cas, vous auriez tort de me croire. La confiance est un mensonge. Personne ne connaît jamais personne. Les gens pensent que si on aime suffisamment quelqu’un, alors tout pourra toujours s’arranger. Les gens ont tort [...] À la fin, vous serez seulement malheureux. "

MessageSujet: Re: When the night has come...   Ven 29 Juin - 17:04
Bien évidemment, elle ne se laisse pas faire la sauvageonne. A peine Samael l'a-t-il plaqué conte le mur végétal, que déjà elle se débat pour tenter de le faire lâcher prise. Elle essaye même de le mordre ! Mais ça ne sert à rien. Le vampire possède bien plus de force qu'elle et elle peut gigoter dans tous les sens, lui donner des coups, que ça ne changera rien. D'ailleurs, il suffirait que Samael resserre un peu plus sa prise autour des poignets de la blonde pour les lui fracturer...

Ses doigts parcourent la peau laiteuse d'Alexys, et il sent bien son pouls s'accélérer. Sauf qu'il ne saurait dire si c'est du fait de la peur qu'il peut faire naître en elle ou de ce simple contact. Alexys éprouve-t-elle seulement de la peur à son égard ? Très certainement que non, au vu de la manière qu'elle a de constamment le défier. Encore maintenant, alors qu'il avoue savoir parfaitement pourquoi elle agit ainsi avec. Leurs corps son proche, son souffle se mêle à celui de la blonde tandis qu'il plonge ses yeux dans les siens, histoire de lui signifier le sérieux de ses propos et surtout, de la situation dans laquelle elle se trouve... Et si Samael a pensé que la belle capitulerait, il s'est fourré le doigt dans l’œil jusqu'au cou. Pire encore. Elle se met à rire, ce qui agasse encore un peu plus notre vampire. Putain. S'il ne se retenait pas comme il le fait actuellement, et comme il le fait à chaque fois qu'il est avec elle, il lui aurait déjà brisé la nuque... Surtout lorsqu'elle se permet tant de familiarité ! Mais il commence à la connaître, son esclave sauvageonne, et sait que c'est juste pour jouer sur le même terrain que lui, loin de s'avouer vaincue...

A son tour elle s'approche, à son tour elle prend la parole et défit Samael du regard et par ses mots, alors qu'elle est toujours à sa merci, prise au piège, les mains entravées au dessus de la tête. Et il sourit le vampire. Sourit lorsqu'elle affirme qu'elle empirera la situation à l'avenir. Ce sourire narquois qu'il a l'habitude de faire. Il sourit parce qu'il ne voit pas comment elle pourrait faire encore plus de sa vie un enfer. Il sourit, parce qu'elle est totalement à côté de la plaque. Il sourit, parce quelle ne comprend vraiment rien à la situation. Il sourit parce que putain... qu'est ce qu'il la trouve belle malgré son caractère de cochon... Mais il s’égare Samael, tandis que le ton de la voix d'Alexys change, devient plus mielleux, faisant revenir le vampire dans l'instant présent. « Oh, je sais bien que tu ne te soumettras jamais. Je l'ai su dès que je t'ai vue » qu'il commence, relâchant légèrement sa prise. A se demander pourquoi il l'a gardée, si dès le début, il se doutait de ce qui allait arriver. Lui même ne saurait dire pourquoi. Ou peut-être que si, il le sait parfaitement, mais ne l'avouera probablement jamais. Pas même à lui. « T'as beau me rendre la vie impossible, tu m'amuses. » qu'il poursuit, brouillant les pistes quant aux interprétations possibles de sa phrase précédente. Mais il est vrai qu'elle pimente son existence immortelle bien ennuyeuse...

Et finalement, il la relâche, s'éloigne quelque peu pour lui permettre de frotter ses poignets sûrement endoloris. Et parce qu'il sait qu'elle ne prendra pas la fuite. « Parce que tu crois que tu survivrais dehors ? Trois pas à l'extérieur de ces murs, et tu es morte Alex. J'suis p'tete un gros connard à tes yeux, mais crois moi, y'a bien pire que moi. » Et elle n'imagine pas à quel point. Et pas seulement à l'extérieur. Dans le château également. Oui, Samael l'a déjà punie. Physiquement. Et en jouant aussi sur son mental. Sauf qu'Alexys ne sait pas qu'il la traite bien mieux que les autres esclaves en sa possession et que ceux de certains vampires qui résident ici, chez les Lightwood. Elle ne sait pas que les supplices qu'il lui inflige sont, malgré les apparences, bien moins intenses et violents. La preuve en est qu'il n'a encore jamais bu une seule goutte de son sang. Ce n'est pourtant pas l'envie qui lui manque... « Tu veux partir ? Vas-y. Va affronter les vampires dégénérés et incapables de se contrôler qui se trouvent dehors. Et si par miracle tu parviens à atteindre la grande muraille, dans la nature il faudra faire face aux bêtes sauvages en plus des monstres que nous sommes et qui, je te rappelle, n'ont besoin que d'une ou deux heures de sommeil contrairement à toi. » Il la toise du regard, bras croisés. La défit de s'en aller et affronter les multiples dangers qui l'attendent. Il fait nuit, ce qui signifie que la menace qui rôde à l'extérieur est encore plus importante. « Tu n'as aucun moyen de t'échapper de cette île. D'où tu crois que viens la légende du triangle des Bermudes d'après toi ? » qu'il demande, sans réellement attendre de réponse, avant d'ajouter: « Un pied dehors et tu auras une horde de vampires à tes trousses, l'odeur de ton sang est bien trop alléchante. »

_________________
Jouer entre nous
ça reste jouer avec le feu
pour oil on these flames, speed up my heart again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 25/06/2018
Messages : 104
Avatar + © : Teresa Palmer
Âge : 29 ans, bientôt 30
Occupation : Tout ce qui peut faire sortir Samaël de ses gonds
MessageSujet: Re: When the night has come...   Lun 2 Juil - 12:36
C’est un peu étrange, ce qui est en train de se passer. Ce moment charnière où la colère retombe, sans s’en aller tout à fait, ce moment où on commence à s’apaiser, où la rage s’éteint, le brasier se meurt et ne demeurent plus que des braises de mauvaise humeur… Elles se fondent dans la cendre, ou rougeoient encore à un instant ou à un autre, jusqu’à disparaître tout à fait si on ne leur souffle pas dessus. Apparemment, Samaël a décidé de ne pas souffler dessus.

Elle veut rester stoïque, Alexys, quand elle entend qu’il ne s’est jamais fait d’illusion quant à sa docilité, mais elle est bien trop expressive pour cela, bien trop franche, et c’est de la surprise qui s’empare de ses traits. Pourquoi l’a-t-il gardé dans ce cas ? La réponse ne se fait pas attendre.
Elle l’amuse. Il la garde parce qu’elle l’amuse. L’éternité a quelque chose de… Rébarbatif. Alex n’a jamais été très fan des œuvres de fiction mais elle a déjà vu « Entretien avec un Vampire ». La monotonie de l’éternité, n’est-ce pas le drame de Louis ? Louis qui a des hauts et des bas, des phases où il exulte, persuadé d’être au comble du bonheur, et de profond désespoir où il prend conscience du vide de son existence… La jeune humaine retient un soupir et baisse les yeux. Que ferait-elle, elle, prisonnière de l’éternité ? Quand son regard se relève pour se poser à nouveau sur Samaël, elle le voit d’un œil neuf, comme si elle le voyait pour la première fois. Avec les années, les émotions basiques comme le plaisir ou la joie doivent devenir difficiles à ressentir. On doit avoir eu le temps de se lasser de tellement de choses, et tellement de choses doivent avoir perdu leur piquant parce qu’il n’y a plus le facteur « risque » qui rentre en compte… Quelque part, la jeune femme en vient à éprouver quelque chose qu’elle n’avait encore jamais éprouvé pour Samaël : de la compassion.

Quand il la relâche, elle abaisse lentement les bras, ne pouvant plus détacher son regard de cette créature, un peu perdue dans l’immensité de l’univers, avec tellement de temps devant elle, et oppressée à l’idée de n’avoir rien pour l’occuper. Finalement, si elle voulait lui rendre service, et par relation de cause à effet, se rendre service à elle-même, elle devait l’aider à trouver des occupations constructives qui le passionneraient… Simple, et affreusement compliqué à la fois. De nouveau, frottant doucement ses poignets, un peu absente, elle réfléchit, observant le vampire sans le voir, l’entendant sans l’écouter, perdue dans ses pensées.

Ce n’est que le silence qui suit son invitation à partir qui la réveille. Il lui faut quelques secondes de plus pour que son cerveau lui redélivre les messages qu’elle avait laissés en attente et répond d’un ton distrait « Je suis entraînée. Ce n’est pas la jungle qui m’effraie, ni les bêtes. Vous autres en revanche… » elle le désigne d’un mouvement de menton « C’est autre chose. Mais je sais très bien que partir du château sans quitter l’île est aussi suicidaire que de rester ici. Je ne partirai qu’une fois que j’aurai trouvé comment laisser les Bermudes et leur maudit triangle derrière moi. » Comme ça, au calme. Elle hausse les épaules. Ce n’est pas pour demain, ou après-demain, mais elle trouvera une solution. D’ici là, elle peut peut-être s’occuper différemment, tenter une autre approche de celui qui tient absolument à être son maître… S’asseyant en tailleur, elle fait un signe à Samaël. « Tu viendrais t’asseoir une minute avec moi ? » Peut-être qu’il acceptera, peut-être pas. Alexys, pour sa part, se sent maintenant d’humeur à échanger avec lui, mais n’a pas la moindre envie de retourner dans le château… Dans le château, le vampire devra de toute façon faire attention à l’image qu’il renvoie et le bref instant de statut quo installé par l’immortel lui-même lorsqu’il lui a rendu son libre-arbitre (partir ou rester) volera en éclat. Là, tout de suite, la jeune femme se sent dans une bulle où il ne serait pas nécessairement son maître et elle ne lui serait pas nécessairement soumise, où ils pourraient discuter comme des égaux, où il écouterait ce qu’elle a à dire, et elle en ferait de même.

« Tu crois que tu pourrais rire
avec moi plutôt qu’à mes dépends ? » lui demande-t-elle alors, le plus sérieusement du monde. Elle laisse quelques secondes de silence s’installer, avant de soupirer profondément. « Ecoute, cette situation ne m’amuse pas et j’imagine que même si toi ça t’amuse de me courir après, au bout d’un moment ça va juste te casser les pieds… Est-ce que tu penses que ça serait possible qu’on trouve un compromis ? » Lui demande-t-elle, pleine de bonne volonté et pleine d’espoir. « Un exemple tout bête… Si tu veux me voir, ne m’ordonne pas de venir. Demande-moi, dis-moi que ça te ferait plaisir ou je ne sais pas, que tu veux jouer aux cartes, n’importe quoi… » Elle ferme les yeux et soupire à nouveau. « Laisse-moi l’illusion d’avoir le choix s’il te plaît… » Concrètement, elle lui demande de la manipuler. Elle le sait, mais c’est encore tout ce qu’elle a trouvé pour rendre le tout viable. Le mieux ça serait qu’il lui paie un billet de retour pour chez elle, mais autant lui demander cent balles et un mars… « En échange, je jouerai le jeu devant les autres de ton espèce, et ne te causerai plus de problèmes, tant que tu n’abuses pas, on s’entend… » Sinon l’accord est caduc, et les choses redeviendront comme elles le sont maintenant… Alexys traitée comme une esclave qui n’a pas la moindre envie d’en être une et lutte de toutes ses forces contre sa condition, comme Spartacus. « Si tu veux bien faire un pas dans mon sens, je te promets que je ferai pareil pour toi. » Ferme et résolue, pleine de confiance, digne d’être crue. Elle lui tend la main, pour qu’ils se la serrent et scellent cet accord, si tant est qu’il plaise à Samaël, bien entendu. « Qu’est-ce que t’en penses ? Deal ? »

_________________
Thanks for making me a fighter
by lizzou.

- Absente jusqu'au 23/07 -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 505
Pseudo/Prénom : Nalex/Alexia
Multicompte(s) : Aucun
Avatar + © : Luke Grimes + @Shiya
Âge : Si physiquement on lui donne 30 ans, en réalité il va sur ses 90 ans
Occupation : Prendre un mâlin plaisir à tourmenter quelques humains
Everything about me : "Donc vous voulez que je vous parle de moi. Je n’ai rien à dire. Même si c’était le cas, vous auriez tort de me croire. La confiance est un mensonge. Personne ne connaît jamais personne. Les gens pensent que si on aime suffisamment quelqu’un, alors tout pourra toujours s’arranger. Les gens ont tort [...] À la fin, vous serez seulement malheureux. "

MessageSujet: Re: When the night has come...   Lun 2 Juil - 19:16
Il parle d'une voix came et posée, bien loin de l'emportement dont il a fait preuve quelques instants plus tôt. Alexys veut partir ? Eh bien qu'elle s'en aille. Samael s'écarte, bras croisés, pour la laisser passer. Et si elle décide de quitter les lieux, il ne la retiendra pas. Mais il la prévient tout de même : en dehors de ces murs, son espérance de vie est considérablement réduite et il n'est pas certain qu'elle parvienne à franchir les murs de la cité. Sans parler des autres danger à l'extérieur, dans la nature... Mais l'esclave n'en fait rien. Elle répond, sur la même intonation, affirmant être entraînée. Le vampire arque un sourcil. Alexys a piqué sa curiosité, mais il ne posera pas de questions. Il la laisse parler sans l’interrompre, alors qu'elle affirme vouloir attendre de trouver LA solution pour quitter l'île avant d'entreprendre quoique ce soit. La surprise passe sur les traits de Samael un court instant, extrêmement fugace, car déjà il reprend contenance et affiche de nouveau une expression neutre.

Alexys se met assise, confirmant ses dires de ne pas vouloir partir. Du moins, pas dans l'immédiat. Samael l'observe, la scrute sous toutes les coutures. Et quand elle lui propose de la rejoindre, il hausse les sourcils, se demandant si elle est sérieuse ou non... Et s'il ne bouge pas durant de longues secondes, Samael finit par se mouvoir, non sans secouer la tête, avant de la rejoindre en quelques enjambées. Mais le vampire ne s’assoit pas près d'elle non. Il ne s'abaissera pas à ça. Et si on le surprenait ? Et puis, Alexys ne doit pas oublier que le vampire n'est pas son égal, bien au contraire. A la place, Samel reste debout, bras toujours croisés, prenant appuie sur le mur végétal contre lequel il a plaqué Alexys bien des minutes plus tôt. Son regard se rive sur l'entrée du château. Sa succube semble avoir compris la leçon et, voyant qu'il n'y a personne à l'horizon, Samael se détend quelque peu. « Si tu n'passais pas ton temps à me tenir tête, on n'serait pas dans cette situation » qu 'il rétorque quand elle évoque la possibilité d'un compromis. Alexys poursuit sa tirade, énonçant un exemple concret auquel Samael répond en secouant la tête. Elle n'a pas idée de la situation dans laquelle ça le mettrait face aux autres vampires du château. Encore ceux de la cité, Samael se fiche pas mal de leur avis, mais les Lightwood et autres vampires de classe B... que dirait sa famille si elle apprenait qu'il est gentil avec des humains ? Des humains censées être ses esclaves qui plus est ? Surtout une en particulier, il faut bien l'avouer … « Je n'peux pas faire ça... » qu'il commence. Mais le vampire se retrouve coupé par son esclave qui le supplie presque, affirmant au passage qu'elle fera semblant de se soumettre devant les autres vampires du château...

Samael pivote totalement vers elle, retournant dans sa tête ce qu'elle vient de dire. « Donc en gros tu veux qu'on joue un rôle de dominant dominée devant les autres ? Et après  hein ? » qu'il demande, pas sûr de bien comprendre où Alexys veut en venir. « Déjà, j'te rappelle que c'est pas un jeu, mais la réalité. » qu'il continue, essayant de rafraîchir la mémoire de la blonde quant à sa condition d'esclave et du fait qu'il n'y a pas de choix possible. « Des mois que t'es là, des mois que tu m'rends la vie impossible en me tenant tête et en faisant tout le contraire de c'que j'te dis et des règles établies. » qu'il poursuit, rappelant l'attitude d'Alexys depuis plusieurs semaines maintenant. Il en a vu, des esclaves récalcitrants. Mais comme elle... Et pourtant, il n'a pas toujours été dur avec elle. En tout cas, au début il a essayé d'être complaisant et patient. Mais elle n'en a fait qu'à sa tête et ne peut donc s'en prendre qu'à elle... « Tu m'fais passer pour un con. » qu'il énonce finalement, d'une voix dure tandis que son esclave tend la main pour passer le marché. Main qu'il ne serre bien évidemment pas. Alexys n'a-t-elle pas encore réalisé que les vampires vivant au château ont ce privilège parce que, justement, ils ne sont pas n'importe quel vampire, lui compris ? Voyant la désillusion se dessiner sur le visage de son esclave, Samael ajoute « Et qui me dit que tu n'vas pas me la faire à l'envers hein ? »

_________________
Jouer entre nous
ça reste jouer avec le feu
pour oil on these flames, speed up my heart again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 25/06/2018
Messages : 104
Avatar + © : Teresa Palmer
Âge : 29 ans, bientôt 30
Occupation : Tout ce qui peut faire sortir Samaël de ses gonds
MessageSujet: Re: When the night has come...   Mar 3 Juil - 10:03
On ne peut pas dire que Samaël soit de bonne volonté, mais comme Alexys n’en attendait rien, le peu qu’il lui donne est déjà bien plus que suffisant. S’il ne s’assied pas à côté d’elle, il n’en demeure pas moins qu’il se pose à proximité. Sa moue boudeuse manque d’arracher un sourire à l’humaine, qui se mord l’intérieur de la joue pour retenir son éclat, et entame les pourparlers. Elle ne s’attend pas à ce qu’il soit facile en affaire, loin s’en faut, mais elle a des arguments. A chaque phrase de placée, elle note qu’il ne l’interrompt pas, relève ses interventions sans pour autant rebondir dessus, parce que ça, ça sera dans un deuxième temps, et surtout, surtout… Observe à la loupe toutes les expressions qui peuvent passer, même fugaces, sur ses traits. Il est meilleur à la poker face que beaucoup d’hommes qu’elle a rencontré, mais elle parvient à isoler quelques petits frémissements de bouche ou de nez ici ou là, ce qui est déjà pas mal.

Bien entendu, il ne lui serre pas la main. Le contraire aurait été étonnant. Calmement, Alexys la reprend donc et s’installe plus confortablement encore, étendant ses longues jambes devant elle et s’appuyant nonchalamment sur ses coudes, comme si elle avait été à la plage. « Je suis une femme de parole. » répond-t-elle fermement à la dernière question du vampire, d’un ton tranquille. « Si je te propose ce deal, c’est que je sais que je pourrai m’y tenir. » Ajoute-t-elle, tout aussi calmement. Jouer le jeu, elle le pourra, tant qu’elle sait qu’une fois que les masques ne sont plus nécessaires, elle peut retrouver son libre-arbitre. Ce genre de manœuvre, elle en est très coutumière, car parfois, à l’armée, elle n’a pas eu le choix. Obligée d’obéir à un ordre de Matthieu, qu’elle ne peut discuter malgré son doute de la décision, et ne pouvoir en discuter avec lui qu’une fois que les grades n’ont plus d’importance…

La pensée de Matthieu, et de leur quotidien, chasse toutes les couleurs du visage de l’humaine, ainsi que le sourire qu’elle arborait en coin jusqu’alors. Elle se sent soudain nauséeuse. Des semaines qu’elle fait tout son possible pour y penser à peine… Et là, l’idée de se dire qu’elle est sur le point de mimer un comportement qu’elle a eu avec son compagnon avec un autre la bouleverse. Sa gorge se noue quelque peu et ses yeux s’embuent. Elle baisse la tête et se rassied en tailleur, portant l’ongle de son pouce entre ses dents pour le mordre. La chute qu’elle vient de faire est vertigineuse, et elle peine à reprendre le dessus, et la perspective de son trentième anniversaire à venir rend cette manœuvre encore plus difficile…

Néanmoins, il lui est impossible de se mettre à pleurer devant qui que ce soit ici. Ici, humains comme vampires, doivent la voir comme une forteresse de glace, un esprit impénétrable, sur lequel ils n’auraient aucune prise, qu’ils n’auraient pas la moindre chance de briser. C’est une question de survie, et c’est cela, ce qui lui manquait, pour se reprendre. Chassant son vague à l’âme sans pitié, elle se recompose un visage stoïque, fermé, dur, et relève vers Samaël un œil déterminé. « Bon, écoute… De la façon dont je vois les choses, tu as deux options. Soit tu refuses ce que je te propose, et les choses demeurent telles qu’elles. Tu continues à t’amuser à passer pour un con. Personnellement, je m’en tape, mais d’une force… » Et c’est la vérité. Pire encore, sa petite faiblesse passagère, le malaise qu’elle vient de ressentir, n’a fait qu’affermir son désir de trouver un moyen de s’en aller, de refuser de se fondre dans ce moule d’esclave qu’il tient si ardemment à lui faire adopter. Sur le même ton résolu, elle poursuit. « Ce qui implique qu’à court, moyen ou long terme tu finisses par perdre patience et me tue tout à fait, non sans m’avoir torturée de mille et une façons au passage, je n’en doute pas. » Termine-t-elle sur ce point, de façon totalement détachée, comme si ça ne l’atteignait absolument pas… Ce qui est le cas. « Soit tu donnes une chance à ce statut quo. Tu joues le jeu avec moi, on en détermine ensemble les limites, les tenants et aboutissants, et ton image s’améliore. Personne n’a besoin d’être au courant en dehors de nous deux… » L’œil intense, elle insiste sur ce dernier point. « Et au-delà de ça, je suis tentée de te dire… Tu es Samaël. » Elle hausse les épaules, peu certaine de ce que ça implique mais pratiquement sûre que ça veut dire quelque chose ici. « Si qui que ce soit a un problème avec tes lubies, qui ne regardent que toi, tu le déglingues et basta. Non ? » Après tout, s’ils peuvent le faire avec des humains, pourquoi ne pourraient-ils pas le faire entre eux ?

_________________
Thanks for making me a fighter
by lizzou.

- Absente jusqu'au 23/07 -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 505
Pseudo/Prénom : Nalex/Alexia
Multicompte(s) : Aucun
Avatar + © : Luke Grimes + @Shiya
Âge : Si physiquement on lui donne 30 ans, en réalité il va sur ses 90 ans
Occupation : Prendre un mâlin plaisir à tourmenter quelques humains
Everything about me : "Donc vous voulez que je vous parle de moi. Je n’ai rien à dire. Même si c’était le cas, vous auriez tort de me croire. La confiance est un mensonge. Personne ne connaît jamais personne. Les gens pensent que si on aime suffisamment quelqu’un, alors tout pourra toujours s’arranger. Les gens ont tort [...] À la fin, vous serez seulement malheureux. "

MessageSujet: Re: When the night has come...   Mar 3 Juil - 21:08
Peut-il réellement lui faire confiance ? Sa parole est-elle vraiment fiable ? Samael ne saurait dire, c'est pourquoi il paraît réticent à l'idée qu'elle propose. Cette fille lui en a fait voir de toutes les couleurs depuis des semaines, et voilà maintenant qu'elle souhaite passer un marché avec lui ? Le vampire se demande où est le piège et à peur qu'elle la lui fasse à l'envers sans qu'il ne s'y attende. Ou pire encore, au moment où il se serait encore plus attaché... Parce que c'est inévitable, même si pour l'instant cette idée est bien trop fugace dans son esprit. Mais les deux seront amenés à se rapprocher, et cela risque d'être dangereux pour l'un comme pour l'autre... Mais pour l'instant, ce qui inquiète le plus Samael c'est qu'elle ne respecte pas sa parole et le fasse passer pour le bouffon de service comme elle s'amuse à le faire depuis le début. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien qu'il lui fait subir des sévices relativement extrêmes, bien que moins grave vis à vis des autres esclaves en sa possessions. Pour sauver les apparences... Mais ça, Alexys n'en a pas conscience. Elle ne se doute pas un seul instant qu'il pourrait devenir encore plus violent et qu'elle risquerai fort de ne pas le supporter, contrairement à ce qu'elle semble penser... « Ça, c'est c'que tu dis... » qu'il se contente de répondre quand elle affirme n'avoir qu'une parole. Samael scrute le moindre de ses gestes, la moindre de ses mimiques. Peut-être même trop intensément pour qui sait observer... Et c'est comme ça qu'il repère son changement d'expression. C'est rapide et Alexys se reprend bien vite. Mais il a bien vu qu'un truc vient de la perturber. Mais quoi ? Arquant un sourcil, Samael ne pose pour autant pas la question bien que les yeux brillant de l'esclave, quand elle se tourne vers lui plus déterminée que jamais, le perturbent à son tour... Mais il la laisse parler, non sans un petit sourire en coin dont il a le secret. « Je peux très bien te vendre sur la place publique. » qu'il ne peut s'empêcher de rétorquer à voix légèrement plus basse. C'est qu'elle ne manque pas de culot la petite ! Mais ça, il le savait déjà, sans vraiment mesurer jusqu'à quel point. Bras toujours croisés, son sourire semble s'élargir face à l'assurance dont elle peut faire preuve devant lui, immortel buveur de sang. Et dire qu'il n'a toujours pas goûté le sien... « Comment tu peux me demander de te faire confiance alors que pas une seule fois tu m'as obéis ? » qu'il demander tandis qu'il s'approche un peu plus d'elle, la surplombant de toute sa hauteur. « Et oui, je peux en éclater plus d'un, mais c'est pas aussi facile que c'que tu penses. Tout comme je suis supérieur à toi, certains le sont vis à vis de moi, en bien des points » qu'il explique rapidement à Alexys, parlant bien évidement des Lightwood qui ne se montrent que très rarement, mais aussi des autres classe B vivant au château bien plus âgés et expérimentés que lui. Des vampires face auxquels Samael ne peut rien, si ce n'est courber l'échine...

Le vampire se met finalement accroupi face à son esclave, et plonge son regard dans le sien, comme pour sonder la sincérité de ses dires. Il s'y perd ainsi, quelques secondes qui semblent durer une éternité tandis qu'il perçoit le pouls d'Alexys s’accélérer, sûrement sous la surprise et la peur qu'elle doit éprouver à n'en point douter. Du moins, c'est ce qu'il croit... « Je veux bien essayer... » qu'il commence d'une voix monocorde, pas vraiment certain du fait que ce soit la meilleure idée du siècle. « ...à condition de me laisser boire ton sang. » qu'il termine, sans sourciller, les yeux toujours rivés dans les siens. Drôle de demande, sachant qu'il aurait très bien pu se servir depuis tout le temps qu'elle lui appartient. Mais il ne l'a jamais fait. Pas une seule fois. Étanchant sa soif avec les autres esclaves en sa possession, imaginant qu'il s'agit du sang d'Alexys... Mais non. Pas une fois il n'a planté ses crocs dans sa chair. Et cette fois, il demande. N'ordonne pas. Comme pour mettre en application la proposition d'Alexys. Et quoi de mieux pour passer ce marché hors du commun entre eux, que cette requête tout aussi hors norme, plutôt qu'une main serrée ?

_________________
Jouer entre nous
ça reste jouer avec le feu
pour oil on these flames, speed up my heart again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 25/06/2018
Messages : 104
Avatar + © : Teresa Palmer
Âge : 29 ans, bientôt 30
Occupation : Tout ce qui peut faire sortir Samaël de ses gonds
MessageSujet: Re: When the night has come...   Mer 4 Juil - 11:28
Est-ce qu’Alexys s’attend à ce qu’il la croit sur parole ? Oui, un peu. Pas parce qu’elle compte absolument dessus pour lui faire un coup de pute, mais bien parce qu’elle n’a pas l’habitude qu’on mette sa parole en doute. Elle la tient toujours, d’une part, et d’autre part, elle sait qu’elle inspire généralement la confiance. Son ouverture d’esprit, la facilité qu’elle a de communiquer avec les gens, lubrifient ses relations sociales et pousse régulièrement ses interlocuteurs à épancher sur son épaule les détails, parfois sordides, de leur intimité, comme s’ils se connaissaient depuis une éternité… Du coup, c’est vrai qu’elle n’est pas habituée à susciter la méfiance, même si, avec le recul, elle comprend parfaitement l’appréhension de Samaël.

Bien sûr, elle ne relève pas sa proposition de la vendre sur le marché, et eut-elle été moins absente, elle aurait probablement roulé des yeux à cette idée. S’il avait voulu le faire, il y a longtemps qu’il serait passé à l’acte, selon elle. Cette menace, donc, ne lui fait ni chaud ni froid. La suite, en revanche, est le cœur du négoce et est beaucoup plus intéressante. A la question concernant son potentiel de confiance, Alexys sait qu’elle doit choisir ses mots avec soin, et ne répond donc pas immédiatement, laissant le vampire poursuivre sur sa lancée, faire les raisonnements nécessaires à la résolution de cette situation. Elle enfoncera le clou par la suite. Mais, pour le coup, le « je te suis supérieur » la fait bruyamment soupirer et ostensiblement lever les yeux au ciel. Certes, il est plus rapide et se régénère, ce qui n’est pas son cas, mais elle doute que face à une problématique mécanique, il en mène large… Elle ne répond rien à cela cependant, et se contente de lui retourner un regard à la fois blasé et défiant. Il n’est pas au bout de ses surprises avec elle, et fait bien de la sous-estimer… Ce sera sa perte.

Quand il s’accroupit finalement, Alexys le regarde faire, plus bornée que jamais. Le dévisageant tout comme lui la dévisage, elle en vient à se dire que ça serait le moment
idéal pour tenter quelque chose… D’incroyablement stupide. Elle est sur le point de le décider à accepter une situation qui lui laisserait bien plus de marge de manœuvre, ça serait d’une bêtise sans nom que de tout compromettre pour un résultat plus que certainement nul… Malgré tout, l’envie est forte et à nouveau, les muscles d’Alexys se tendent, son sang se sature d’adrénaline et son pouls s’accélère, impatient de passer à l’action… Et puis c’est la douche froide. Prise au dépourvu, bien que son visage demeurant fermé, la jeune femme se fige. Boire son sang… ? Et quoi, il n’a pas assez mangé ce soir sur les autres ? La captive est tentée d’esquisser un mouvement de recul, de refuser tout de go. Son corps entier lui hurle de refuser… A l’exception de son cerveau, beaucoup plus clairvoyant que ça. Le prix de cet accord est élevé, incroyablement élevé pour elle… ça fait tellement longtemps maintenant qu’elle est prisonnière de Samaël, et tellement de temps qu’ils cohabitent, difficilement, sans pour autant qu’il n’ait jamais manifesté l’envie de se nourrir d’elle qu’elle avait pris pour acquis ne pas l’intéresser à ce niveau là… Ses certitudes se fêlent.

Il lui faut une éternité pour réfléchir, une éternité pour se décider, ou ce qui lui semble durer une éternité, et pendant tout ce temps, jamais son regard de ne se sépare de celui du vampire. Elle cherche une menace plus directe, la certitude que, si elle accepte, il va juste la tuer ainsi et l’affaire serait réglée. Elle se demande aussi s’il n’y a pas quelque chose avec le consentement… Dans certaines œuvres de fiction, ces créatures ne peuvent franchir le seuil d’une porte avant d’y avoir été invités. Est-ce qu’il en va de même avec le sang… ? Alexys frissonne. Nourrie de fantasy comme toute bonne jeune femme des temps modernes, elle a toujours été curieuse concernant les vampires (curiosité morte à sa mise en esclavage), et ne peut nier s’être longtemps demandé, surtout adolescente, l’effet que ça pouvait faire… Dans la littérature autant que dans les films, les proies
adorent ça… Mais Alexys est plus pragmatique que cela. C’est comme un don de sang, si tant est qu’il soit raisonnable… Elle va se sentir faible ensuite, peut-être avoir des vertiges… Elle serre les dents. Si elle ne le fait pas, l’accord sera caduc, elle le sent bien. Il faut qu’elle fasse un pas vers lui, elle a dit qu’elle le ferait… « Pas tous les jours. Deux fois par semaine maximum, en quantité raisonnable.» assène-t-elle d’une voix sourde. « Si tu ne veux pas que je tombe malade à la première occasion, tu dois me laisser le temps de refaire ce que tu me prends. » Elle est ferme, aucune ombre de la mortification qui est pourtant la sienne à l’idée de ce qu’elle s’apprête à faire. « C’est non négociable. » insiste-t-elle, ne pouvant s’offrir le luxe de la laisser l’affaiblir quotidiennement. « Deal. » finit-elle par laisser tomber, sur un ton lugubre, comme une promesse funeste… Elle vient de faire un pacte avec le diable et n’est pas certaine de ne pas le regretter…

Préférant ne pas s’appesantir sur son geste, elle passe directement à la phase « dégustation » et tend promptement son avant-bras. Il faut une artère, ce n’est pas une nécessité que ça soit la jugulaire. De nouveau, l’humaine sent un frisson la parcourir à l’idée d’avoir la bouche de Samaël dans son cou. Est-ce qu’elle sentirait un souffle contre sa peau ? Est-ce qu’il est froid ? Quel genre de douleur est-ce que ça cause ? Le tout lui semble terriblement sensuel et elle se sent affreusement mal à l’aise à cette idée. Lui tendre son bras lui est beaucoup plus confortable. Au moins pourra-t-elle lui tirer les cheveux si elle le trouve trop gourmand… « Finissons-en. » Nouvelle estocade de sa part, sur un ton neutre et déterminé. Une part d’elle-même est impatiente d’en avoir fini, une autre est impatiente de commencer… Il y a de quoi finir schizophrène…

_________________
Thanks for making me a fighter
by lizzou.

- Absente jusqu'au 23/07 -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 505
Pseudo/Prénom : Nalex/Alexia
Multicompte(s) : Aucun
Avatar + © : Luke Grimes + @Shiya
Âge : Si physiquement on lui donne 30 ans, en réalité il va sur ses 90 ans
Occupation : Prendre un mâlin plaisir à tourmenter quelques humains
Everything about me : "Donc vous voulez que je vous parle de moi. Je n’ai rien à dire. Même si c’était le cas, vous auriez tort de me croire. La confiance est un mensonge. Personne ne connaît jamais personne. Les gens pensent que si on aime suffisamment quelqu’un, alors tout pourra toujours s’arranger. Les gens ont tort [...] À la fin, vous serez seulement malheureux. "

MessageSujet: Re: When the night has come...   Mer 4 Juil - 18:16
Samael finit par céder. Il accepte le marché même si cela risque fortement de dégénérer et lui apporter des ennuis. Mais il ne peut se résoudre à laisser partir Alexys, contrairement à ce qu'il a pu affirmer plusieurs fois depuis le début de leur échange. Le vampire ne saurait trop dire pourquoi d'ailleurs. Pourquoi est-il si attaché à cette simple humaine qui ne fait que lui tenir tête depuis le début ? Lui même ne le sait pas. En tout cas, ce deal ne sera pas sans quelques conditions qu'il souhaite établir également. La première étant qu'Alexys lui permette de boire son sang... Samael lui demande, signe de sa bonne volonté pour essayer d'être plus... courtois avec elle. Le vampire aurait très bien pu se servir. La plaquer contre le mur et planter ses crocs dans son cou sans lui demander son reste. Bien plus fort qu'elle, la preuve en est qu'elle n'a pas réussi à lui faire relâcher sa prise tout à l'heure, il n'aurait eu aucun mal à le faire. Et pourtant, il n'en est rien.Depuis le début de sa captivité, Samael ne s'est pas repu une seule fois du sang d'Alexys. Mais cette condition est non négociable, en témoigne le ton qu'il emploie et cette façon qu'il a de planter son regard dans le sien.

La surprise semble de taille, car l'esclave esquisse un mouvement de recul, tout en écarquillant légèrement les yeux. A quoi s'attendait-elle face à un vampire au juste ? Mais la réponse tarde à arriver, et déjà, Samael s'impatiente. C'est quand il se décide à faire machine arrière, qu'Alexys prend la parole, énonçant de nouvelles conditions. « J'suis pas idiot, je sais comment ça marche. » qu'il rétorque, lorsqu'elle parle du temps qu'il lui faudra pour que son corps produise de nouveau globules rouges afin de compenser le manque. Par contre, la condition précédemment énoncée ne le satisfait pas. « Deux fois par semaine c'est trop peu. Surtout en petite quantité. Je ne me servirai pas plus d'une fois par jour, pas tous les jours non plus, mais plus que deux fois par semaine » qu'il commence d'une voix qui, cette fois, ne laisse nullement place à la négociation. Elle veut imposer ses conditions ? Il n'y a pas de raison qu'il n'en fasse pas de même. « Mais je... te demanderai toujours avant » qu'il ajoute rapidement tandis que l'attitude d'Alexys semble changer. Samael détourne brièvement le regard, comme gêné de la situation. Putain. Voilà à quoi il en est réduit : demander la permission pour prendre son repas. Il n'y a bien que cette blondinette pour le rendre docile à ce point...

Ce n'est que quand Alexys tend le bras pour qu'il puisse se servir, quelques secondes à peine après qu'il ait détourné les yeux, que Samael repose ses iris sur elle. Il hésite. Un court instant. Des mois qu'il attend ce moment. Qu'il lutte contre son instinct de prédateur à chaque fois que l'odeur de son sang vient lui titiller les narines... Mais une pointe de déception traverse fugacement son regard. Car il faut bien avouer que le vampire pensait se servir au cou de la demoiselle, et non son bras... Quoiqu'il en soit, Samael approche un peu plus, saisit en douceur le bras de l'esclave avant de passer délicatement le pouce sur sa peau ainsi exposée. Et, avec tout autant de précaution (délicatesse?) il porte à ses lèvres le bras de la jeune femme, ses crocs sortant instantanément avant de s'enfoncer doucement – pour provoquer le moins de douleur possible - dans la chair, à l'endroit même où son pouce est passé. Le vampire aspire. Une gorgée. Il ferme les yeux pour profiter de ce moment tant attendu. Et putain, son sang est encore meilleur que ce à quoi il s'attendait! Deuxième gorgée, il rouvre les yeux puis fixe Alexys. Troisième et ultime gorgée. Samael relâche le bras de la jeune femme, passant sa langue sur ses crocs encore teintées de sang, fixant toujours son esclave, plus prédateur que jamais. Et finalement, il rentre ses canines non sans essuyer d'un revers de main le surplus de sang coulé autour de sa bouche.

_________________
Jouer entre nous
ça reste jouer avec le feu
pour oil on these flames, speed up my heart again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 25/06/2018
Messages : 104
Avatar + © : Teresa Palmer
Âge : 29 ans, bientôt 30
Occupation : Tout ce qui peut faire sortir Samaël de ses gonds
MessageSujet: Re: When the night has come...   Jeu 5 Juil - 14:42
La réticence sur le visage d’Alexys lorsque Samaël laisse tomber abruptement qu’il la mordra plus de deux fois par semaine est visible, presque palpable. Au moins lui demandera-t-il avant, ce qui est déjà quelque chose, non ? Ce qui est amusant, vu qu’elle n’a jamais été mordue, encore. Elle anticipe quelque chose, un acte qu’elle trouve horrible, sans savoir si ça va réellement lui faire du mal, un acte même qu’elle est susceptible d’aimer, comme certaines des autres esclaves du vampire… Bien que ça paraisse inconcevable à la jeune femme, deux des femmes placées sous le joug de Samaël depuis un certain temps maintenant lui ont confié aimer ce moment plus que n’importe quel autre, sous l’œil mortifié d’une Alexys dégoûtée. « Mais il vous vole votre sang ! Il vous affaiblit pour lui être « viable »… ! » Elles n’en ont que faire, les filles, des objections de l’arriviste. Elles l’aiment bien Alexys, mais c’est sûrement parce que ce sont les premières à avoir été ramenées par la succube. Il y a longtemps maintenant qu’elles ont dû mettre leur jalousie de côté et accepter que leur maître se lasse rapidement, qu’elles l’ont amusé pendant un temps, et l’amuse encore parfois, mais que ça s’arrête là. Elles sont dispensables. C’est très commun que Samaël passe plus de temps avec la petite dernière, jusqu’à ce qu’elle soit remplacée par la prochaine. Et dans son genre, Alex les amuse. Elles n’ont jamais croisé de petit bout de rien aussi combattif, même chez les autres vampires, et aucun d’entre eux déjà se prêter au jeu. Du coup, cette histoire, elles la suivent un peu comme on suivrait un feuilleton, et leur bienveillance est quelque chose d’inestimable dans cette ambiance pour la plus récente des captives…

« C’est un moment d’intimité hors du commun… » lui a expliqué la première des esclaves, il y a déjà quelques semaines de ça. « Pendant ces quelques minutes, il n’y a que toi et lui existent. C’est un instant… D’unité. C’est très particulier. » Ses yeux, Alex s’en souvient, étaient rêveurs à l’évocation de ce souvenir. Son interlocutrice, pour sa part, se demandait si elle devait aller chercher la camisole tout de suite. Du coup, elle l’a redouté, ce moment, cet instant où elle n’aurait plus le choix parce que Samaël avait décidé qu’il la mangerait, et que ça serait ainsi et pas autrement. Pendant des semaines, elle en a fait des cauchemars, se disant qu’il la pourchasserait dans le château, qu’il serait brutal, déchirerait ses tissus et qu’elle finirait par mourir, nageant sans son propre sang de l’hémorragie causée par sa rudesse… Et puis le temps a passé, les jours se sont écoulés sans que rien de tel ne se produise, les mauvais rêves d’Alexys s’espaçant, puis finissant par disparaître tout à fait. Elle a fini par s’y habituer, à ne pas être mangée…

Et pourtant la voilà, sur le point de vivre cette expérience… L’adulte en elle est écœurée plus qu’elle ne saurait le dire, l’adolescente hurle d’impatience à l’idée de vivre l’un de ses fantasmes inavoués, l’esclave indocile est terrifiée à l’idée de devenir un nouveau zombie de Samaël, et de perdre dans l’opération tout son esprit combatif… Elle déglutit en voyant le vampire approcher pour passer à l’acte. Elle a bien relevé son hésitation, et pendant une seconde, elle a espéré qu’il change d’avis… Mais non. Le passage de son pouce sur sa peau fait naître un nouveau frisson chez elle et quelques secondes plus tard, elle sent deux corps étranger déchirer sa peau et une pression s’exercer, pendant que son artère brachiale se fait dépouiller.

Elle le voit, Samaël, quand il ferme les yeux à la première gorgée. Les sourcils d’Alexys se froncent légèrement. Est-ce bon ou mauvais signe ? Quant à elle, elle a du mal à se positionner sur son ressenti vis-à-vis de l’expérience… C’est plutôt…
inhabituel, mais ça a quelque chose de terriblement lascif. A la deuxième gorgée, tandis que le vampire lève son regard vers elle, un peu de sang parvient à trouver son chemin jusqu’à ses joues, et l’humaine est bien contente qu’il la morde au bras et pas au cou… Pire encore, elle pique un fard sans commune mesure en songeant qu’une artère passe également près de l’aine… Cette vision d’eux deux, où la tête de Samaël se perdrait entre ses cuisses, est d’une extrême fugacité, mais elle suffit à éveiller la libido d’Alexys, morte semble-t-il depuis des mois, ce qui la gêne comme jamais. Raison pour laquelle son soulagement est ineffable quand Samaël la relâche, lui permettant de récupérer promptement son bras. Le regard qu’elle lui lance est horrifié, même si l’horreur ne vient pas de lui, mais d’elle et des idées qui naissent dans sa propre cervelle… Au point qu’elle est forcée de se racler la gorge pour se reprendre, bien obligée d’admettre qu’il a été extrêmement raisonnable. Elle s’attendait vraiment à ce qu’il prenne d’avantage, mais est ravie de s’être trompée. Trois gorgées. Ça ne semble pas si terrible aux yeux de l’humaine, qui se sent capable de vivre avec. Mais ça… Pas question d’en faire part au vampire, qui pourrait, en réponse à cela, prendre d’avantage.

Heureusement pour elle, le désir d’Alex s’en est allé aussi rapidement qu’il est venu, et c’est un visage relativement stoïque qu’elle sert au prédateur aux lèvres encore rouges de son propre sang. Elle reste là, sans rien dire. Le pacte est donc scellé, apparemment. Elle doit maintenant lui obéir en société, et garder ses revendications pour le privé… Cela étant, Samaël a déjà obtenu satisfaction, en quelque sorte. Elle sent qu’elle doit placer une revendication, et la placer
maintenant sous peine de se faire bouffer toute crue. « Je peux avoir un I-Pod ? La musique me manque. » C’est ce qui sort de plus spontané. Elle vient de vendre trois gorgées de son sang… Pour un I-Pod. Sans Samaël pour la regarder, Alexys se frapperait si fort le front du plat de la main que même les astronautes à bord de la station internationale l’entendraient… Au moins a-t-elle gagné quelques secondes sur son premier ordre, qui ne va probablement pas tarder…

_________________
Thanks for making me a fighter
by lizzou.

- Absente jusqu'au 23/07 -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 505
Pseudo/Prénom : Nalex/Alexia
Multicompte(s) : Aucun
Avatar + © : Luke Grimes + @Shiya
Âge : Si physiquement on lui donne 30 ans, en réalité il va sur ses 90 ans
Occupation : Prendre un mâlin plaisir à tourmenter quelques humains
Everything about me : "Donc vous voulez que je vous parle de moi. Je n’ai rien à dire. Même si c’était le cas, vous auriez tort de me croire. La confiance est un mensonge. Personne ne connaît jamais personne. Les gens pensent que si on aime suffisamment quelqu’un, alors tout pourra toujours s’arranger. Les gens ont tort [...] À la fin, vous serez seulement malheureux. "

MessageSujet: Re: When the night has come...   Ven 6 Juil - 19:12
Il aurait pu prendre tellement plus. Mais il a été raisonnable. N'a pas voulu la brusquer, surtout pour une première fois. Sans forcément en avoir pleinement conscience, Samael fait attention. Il ne plante pas ses crocs de manière trop violente, n’aspire pas de façon trop brusque. Il y va doucement, vérifie en un coup d’œil dans sa direction si ça va. Jamais il n'avait été comme ça, avec aucune esclave... Pour sûr que certaines piqueraient une crise de jalousie si elles le voyaient faire... Mais heureusement pour eux, personne alentour. Ils sont seuls dans les jardins, tandis que Samael est au bord de l'extase gustatif. Il ne saurait dire si c'est du fait d'avoir attendu jusqu'à maintenant ou bien si c'est Alexys qui a quelque chose de spécial mais son sang a un goût très particulier. Le vampire avait déjà remarqué que son odeur était différente des autres, mais il ne pensait pas que ce serait si... intense. Trois gorgées. C'est tout ce qu'il prend alors qu'il relâche sa prise sur le bras d'Alexys. Trois gorgées... A peine a-t-il retiré ses canines que l'envie de recommencer le prend. Mais il se contrôle le brun, alors qu'il passe sa langue sur ses lèvres tout en fixant la jeune femme qui semble horrifiée. Et il peut comprendre. Samael a beau avoir les traits humains, il n'en reste pas moins le prédateur ultime au sommet de la chaîne alimentaire... Mais même s'il n'en montre rien, l'expression de la jeune femme lui provoque un petit pincement au cœur... qui s'estompe bien vite alors qu'il essuie les dernières preuves à la commissure de ses lèvres.

La jeune femme se racle la gorge tandis que Samael se redresse puis s'étire, requinqué. Alexys prend la parole, surprenant le vampire de par ses mots. Le silence se fait un court instant, tandis que le vampire la fixe d'un œil dubitatif avant... d'exploser de rire. Il s'attendait à tout, sauf à ce genre de requête. Et il a bien du mal à reprendre son sérieux le brun, presque plié en deux aux proies avec un fou rire non attendu. La fatigue sans doute. « Je vais voir c'que j'peux faire » qu'il répond d'une voix légère, alors qu'il tend la main à Alexys pour l'aider à se relever à son tour, ne se rendant absolument pas compte de ce qu'il est en train de faire. Samael agit présentement sans réfléchir. Ce qui peut sembler surprenant. Car ce n'est pas le cas avec ses autres esclaves. Il ne réfléchit pas du tout le vampire, et agi simplement en fonction de ses envies et son humeur, ne cherchant pas à savoir quel mal il peut bien faire et la souffrance qu'il peut infliger. Parce qu'au final, il s'en fiche bien. Mais avec Alexys c'est complètement différent. Et il s'en rend compte alors même que l'esclave hésite tandis qu'il a toujours sa main tenue. « Bon, c'est pour aujourd’hui ou pour demain ? » qu'il lance avec une pointe d'impatience et d'agacement, brouillant les pistes pour tenter de dissiper son trouble et recouvrer ses esprits.

_________________
Jouer entre nous
ça reste jouer avec le feu
pour oil on these flames, speed up my heart again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 25/06/2018
Messages : 104
Avatar + © : Teresa Palmer
Âge : 29 ans, bientôt 30
Occupation : Tout ce qui peut faire sortir Samaël de ses gonds
MessageSujet: Re: When the night has come...   Lun 9 Juil - 17:28
Le silence qui suit sa demande est un peu pesant pour Alex, qui s’imagine déjà Samaël refuser pour un quelconque prétexte fallacieux. Dire qu’elle ne s’attend pas à ce qu’il rit est un euphémisme, aussi, quand il passe carrément du stade « froid comme la mort » à « hilare », elle a un peu peur, pour le coup… Elle se demande s’il n’a pas deux fils qui se sont touchés, un peu comme Jafar quand il percute que c’est Aladdin qui a la lampe… Et se demande s’il ne va pas se remettre à l’étrangler dans les cinq secondes qui suivent… Mais non. Son rire perdure et a quelque chose… De plaisant. De mémoire, elle ne se rappelle pas l’avoir jamais vu lâcher prise à ce point, voire lâcher prise tout court suffisamment pour le voir rire de façon aussi ingénue. Incroyable mais vrai, l’humaine s’attendrit quelques secondes, laissant un sourire se dessiner sur ses lèves. Elle n’ose pas rire avec lui, de peur de casser ce moment, voire de le casser lui, mais le cœur y est… Et finalement, il répond par l’affirmative, et tend même gracieusement sa main à la jeune femme pour l’aider à se relever, quel honneur !

Pour le coup, Alexys lui jette un rapide coup d’œil un peu hésitant, un peu circonspect. Est-ce qu’il va retirer sa main au moment où elle va s’en saisir ? Ce genre de blague semble être en-dessous de lui, mais après la scène à laquelle elle vient d’assister, tous les doutes sont permis… Le « c’est pour aujourd’hui ou pour demain ? » par contre les dissipe tous et c’est carrément pressée que la blonde attrape finalement la main du vampire pour se redresser.

Ce n’est qu’une fois debout qu’elle réalise. Elle s’est exécutée par automatisme, parce que le moment n’était pas si désagréable, mais en réalité, est-ce qu’elle avait envie d’être debout ? A-t-elle seulement envie de rentrer au château ? Non, pas la moindre, et pour une fois, Samaël n’y est pour rien… Du vampire, les perles opalines d’Alexys dévient vers la bâtisse et, vainquant tout son empire, une vague d’angoisse la gagne. Tout dans ce château l’oppresse. Si elle pouvait, elle n’y refoutrait jamais les pieds… De la bâtisse, les yeux de la jeune femme reviennent vers celui qui se veut son maître, moins rieurs, plus froids, plus sombres… « Bon, j’imagine que c’est le moment où je dois commencer à faire semblant… Comment ça marche ? Je marche trois pas derrière toi, le regard baissé ? » Demande-t-elle, les dents serrées de dégoût à l’égard d’elle-même de s’abaisser à ça. Cette position l’écœure, lui donne envie de se griffer comme pour s’arracher un costume qui brûlerait son âme. Cette soumission, ce n’est pas elle et ce ne le sera jamais… Et paradoxalement, elle n’en veut plus à Samaël de l’obliger à le lui faire porter, même si elle déteste ce rôle. Sa bonne volonté laisse penser, probablement à tort, à Alexys qu’il pourrait changer son fusil d’épaule s’il ne risquait pas de perdre la face, ce qui est un début, selon elle… Du coup, elle se sent de subir, pour l’instant, ce rôle qui lui fait horreur. Et puis, un deal est un deal… Pas vrai ?

_________________
Thanks for making me a fighter
by lizzou.

- Absente jusqu'au 23/07 -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 505
Pseudo/Prénom : Nalex/Alexia
Multicompte(s) : Aucun
Avatar + © : Luke Grimes + @Shiya
Âge : Si physiquement on lui donne 30 ans, en réalité il va sur ses 90 ans
Occupation : Prendre un mâlin plaisir à tourmenter quelques humains
Everything about me : "Donc vous voulez que je vous parle de moi. Je n’ai rien à dire. Même si c’était le cas, vous auriez tort de me croire. La confiance est un mensonge. Personne ne connaît jamais personne. Les gens pensent que si on aime suffisamment quelqu’un, alors tout pourra toujours s’arranger. Les gens ont tort [...] À la fin, vous serez seulement malheureux. "

MessageSujet: Re: When the night has come...   Lun 9 Juil - 21:08
Situation plus que cocasse, Samael ne peut s’empêcher de rire aux éclats. Contraste saisissant avec son attitude précédente et ce côté prédateur alors qu'il transperçait la peau d'Alexys de ses crocs pour en boire le sang. Là, alors qu'il est pris d'un fou rire, le vampire semble presque... Inoffensif. Ou en tout cas insouciant, bien loin de l'homme charismatique et aux multiples responsabilités qui le pèsent chaque jour. Une toute petite parenthèse dans sa vie d'immortel morose. Et encore plus surprenant, il accepte la requête de l'esclave qui lui demande un Ipod. Comment aurait-il pu faire autrement alors qu'il la trouve si mignonne et innocente avec sa doléance. Et c'est quand il lui tend la main pour l'aider à se redresser, que Samael se rend compte de la pente glissante sur laquelle il s'engage. Reprenant ses esprits, son sourire disparaît pour être remplacé par le ton dur qui le caractérise en tant que maître. Mais putain, il doit bien avouer que ça lui a fait du bien cette petite bulle inattendue entre eux.

Après une légère hésitation, Alexys attrape enfin la main tendue du vampire, qui ne peut s'empêcher de presser les doigts de la blonde, avant de lâcher vivement sa prise une fois la belle debout sur ses deux pieds. Et maintenant ? A vraie dire, il ne sait pas trop le brun. Et heureusement pour lui, c'est Alexys qui prend la parole en premier, morose. Samael l'observe un instant, et de manière plus intense tandis que de son côté, elle détourne les yeux. « Non... » qu'il commence en guise de réponse. Mais le fait est qu'il réfléchit également à comment procéder. « Déjà, tu restes devant moi, que je te garde à l’œil » qu'il continue, fixant à son tour le château alors que des ombres passent devant les fenêtres. Mais s'il souhaite avoir Alexys dans son champ de vision, c'est surtout pour lui éviter de faire de mauvaises rencontres, surtout à cette heure-ci et avec les nouveaux invités qui arpentent la battisse. « Et plus de sortie nocturne sans mon accord préalable. Tu sais que c'est interdit » qu'il poursuit, obligeant Alexys à le regarder dans les yeux pour s'assurer qu'elle a compris, tandis qu'il lui lance un regard insistant. Les esclaves du château n'ont pas le droit de sortir sans le demander à leur maître avant. « Mais tu peux venir te balader en journée... » qu'il ajoute comme pour atténuer la rudesse de cette première règle que l'esclave n'a pas hésité à bafouer. « Et arrête de piquer la bouffe dans le frigo. Si tout le monde faisait comme toi vous auriez pu rien à manger depuis longtemps ! »

_________________
Jouer entre nous
ça reste jouer avec le feu
pour oil on these flames, speed up my heart again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 25/06/2018
Messages : 104
Avatar + © : Teresa Palmer
Âge : 29 ans, bientôt 30
Occupation : Tout ce qui peut faire sortir Samaël de ses gonds
MessageSujet: Re: When the night has come...   Mar 10 Juil - 13:34
C’est amusant de voir Samaël hésiter quant au comportement à adopter, maintenant qu’ils avaient convenu qu’ils joueraient leur rôle respectif, à défaut d’en faire quelque chose de vrai. A croire qu’il n’a jamais eu d’autre esclave avant elle, qu’il n’en a jamais sorti une de l’enclos spartiate qu’on leur vend comme dortoir… Ca a quelque chose d’un peu perturbant aussi, parce que c’est perturbant de se dire qu’une créature aussi ancienne peut encore perdre ses moyens, être prise au dépourvu… Intérieurement, Alexys se promet de jouer sur cette corde, si ça lui permet d’améliorer un peu ses conditions de vie, comme elle-même l’a décidé plutôt qu’en les ayant mendiées, comme une esclave. Un jour, ses principes la tueront… Mais pour l’heure, elle écoute ce que Samaël a à lui dire, et lui lance un regard dubitatif en croisant les bras quand il lui assène vouloir « la garder à l’œil ». « Au risque de me répéter, je n’ai qu’une parole. » râle-t-elle, persuadée que cet ordre des choses est uniquement pour s’assurer qu’elle ne lui faussera pas compagnie, ce qui, la connaissant, aurait été de l’ordre de l’automatique avant le deal. A l’interdiction des sorties nocturnes, elle grimace, son nez se fronce de contrariété. La nuit, c’est le moment où l’air est le plus respirable ! Elle allait contester, mais la concession sans conditions de promenades diurnes la retient. Au moins n’aura-t-elle plus à jouer à cache-cache en journée, elle pourra se promener à sa guise… L’air absent, elle commence d’ailleurs à balader son regard dans les jardins, cherchant un endroit où se suspendre un hamac…

« Quoi ? » Elle sursaute, en l’entendant parler de ses quelques petits emprunts à la cuisine. Là, ses sourcils se froncent d’inquiétude. « Ah oui mais non, là ça va pas le faire… » Commence-t-elle. « J’ai un métabolisme rapide et un petit estomac, ce qui fait que je dois manger peu, mais régulièrement… Sinon je fais de l’hypoglycémie et je tombe dans les vappes… » là, elle exagère un peu, voire beaucoup. C’est vrai qu’elle commence à s’autodigérer et à vraiment souffrir de la faim si elle ne mange pas régulièrement, même un peu, mais de là à se sentir mal… Mais peu importe. Exagérer un peu n’a jamais tué personne, et elle est curieuse de voir jusqu’où elle peut aller… « Je veux bien faire des réserves, mais tu crois qu’on pourrait avoir un frigo ou quelque chose ? Sinon je vais finir par ressembler à Immothep, dans La Momie, ou à Christian Bale dans The Machinist. Tu l’as vu ? » Mimant l’acteur, elle lève les bras et aspire ses joues, feintant l’anorexie extrême, avant de reprendre. « C’est quand même quelque chose qui me perturbe que l’accès à la nourriture pour les humains soit aussi stricte, quand vous vous pouvez taper dans le plat quand bon vous semble, alors que ledit plat est très différent d’une assiette de pâtes… Il faut du temps, et de la nourriture, pour qu’il se remplisse à nouveau. » Un peu comme au don du sang, Alexys se serait d’avantage attendue à ce qu’ils puissent manger tout leur saoule. En plus, des obèses courent moins vite que des humains en forme et seraient donc plus facile à attraper… Mais soit. Elle finit par hausser les épaules. « Et à part ça, il y a autre chose ? » questionne-t-elle, bras croisés, cambrant la hanche. « Tant qu’on y est… » ajoute-t-elle, entre ses dents, ses yeux regardant au loin dans une attitude… Assez insolente, il faut le dire, même si rien de ce qui a été dit ici ne sera oublié ou négligé…

_________________
Thanks for making me a fighter
by lizzou.

- Absente jusqu'au 23/07 -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 505
Pseudo/Prénom : Nalex/Alexia
Multicompte(s) : Aucun
Avatar + © : Luke Grimes + @Shiya
Âge : Si physiquement on lui donne 30 ans, en réalité il va sur ses 90 ans
Occupation : Prendre un mâlin plaisir à tourmenter quelques humains
Everything about me : "Donc vous voulez que je vous parle de moi. Je n’ai rien à dire. Même si c’était le cas, vous auriez tort de me croire. La confiance est un mensonge. Personne ne connaît jamais personne. Les gens pensent que si on aime suffisamment quelqu’un, alors tout pourra toujours s’arranger. Les gens ont tort [...] À la fin, vous serez seulement malheureux. "

MessageSujet: Re: When the night has come...   Mar 10 Juil - 19:16
Il ne devrait pas faire de concessions, il le sait bien. Alexys ne le mérite absolument pas au vu de son attitude depuis son arrivée à la cité. En tout cas, c'est bien la dernière de ses esclaves avec qui il devrait faire ce genre de chose. Et pourtant... Le voilà qui accepte un marché avec elle, et qu'il tente même d'adoucir les règles du château. Putain. Dans quoi il s'embarque là ? Et le pire, c'est qu'il sait qu'il finira par le regretter.... Mais c'est plus fort que lui. Face à cette petite tête blonde beaucoup trop mignonne quand son innocence prend le dessus, comme avec l'ipod, le vampire perd ses moyens. Samael doit se ressaisir. Maintenant !

Alors, quand elle commence à affirmer que ce ne sera pas possible pour elle de taper dans le frigo commun, le vampire croise les bras tandis que son visage se ferme. Il observe Alexys se justifier, sans un mot, jusqu'à ce qu'elle aie fini de déblatérer ses fausses excuses. De temps à autre, le vampire arque un sourcil, l'air de dire 'tu me prends vraiment pour un con à ce point ?' mais il faut croire que oui tant la blonde y met de la conviction. Sauf que ça ne marchera pas. « Tu crois pas que t'exagères là, princesse ? » qu'il commence, accentuant bien d'un ton sarcastique le surnom qu'il vient d'employer. « C'est pas l'club med ici, au cas où t'aurais oublié » qu'il poursuit, sur un ton toujours aussi dur et qui ne laissera absolument pas place à la négociation cette fois. « Estime toi déjà heureuse que tu sois pas de corvée de jardinage » qu'il continue, rappelant ainsi que la nourriture qu'elle mange vient des différents potagers et élevages de la cité, le tout entretenu par d'autres esclaves tout comme elle. Certains d'entre eux vivant même au château avec elle. C'est le cas d'ailleurs d'une ou deux esclaves du vampires. Mais pas Alexys. Oh ça non. Dès qu'il l'a vu, hors de question pour lui de la rabaisser à ce genre de petite besogne. Si c'était à refaire, pas sûr qu'il aurait le même discours d'ailleurs... « Tu feras comme tout l'monde, et c'est tout. » qu'il achève en point final avant de l’attraper par les épaules, la faire pivoter et avancer direction le château. Et puis quoi encore ? Une suite avec vue sur le coucher du soleil ? Le silence retombe entre eux, tandis qu'ils marchent en direction de leur demeure. Samael se garde bien de répondre à sa dernière question. Le fait est que là tout de suite, il ne voit pas quoi exiger de plus d'elle que son sang. En tout cas, pour le moment !
D'un pas lent, que ce soit autant elle que lui. A les voir, on pourrait croire qu'il s'adapte à sa vitesse, mais pas du tout. Parce qu'il sait qu'une fois les portes franchies, il devra retourner à ses responsabilités et donc se séparer d'Alexys... « Quelle couleur ?... ton ipod.... » qu'il demande à voix plus basse dans son dos, tandis qu'il avance les mains dans les poches d'un pas nonchalant.

_________________
Jouer entre nous
ça reste jouer avec le feu
pour oil on these flames, speed up my heart again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 25/06/2018
Messages : 104
Avatar + © : Teresa Palmer
Âge : 29 ans, bientôt 30
Occupation : Tout ce qui peut faire sortir Samaël de ses gonds
MessageSujet: Re: When the night has come...   Mer 11 Juil - 15:46
Hum… C’est plus qu’évident, la mayonnaise ne prend pas… L’I-Pod passe encore, mais un frigo privé dans lequel elle pourrait taper quand elle voudrait ? ‘Faudrait voir à pas pousser mémé dans les orties. Tout l’être de Samaël respire le scepticisme, et, si, la princesse exagère. Pas des masses, parce que ça peut arriver si elle reste trop longtemps sans manger, mais un peu quand même. Tant pis. Un brin dépitée, mais pas trop quand même, Alexys souffle une mêche de cheveux qui s’était aventurée devant ses yeux, et se laisse faire quand Samaël la fait pivoter. Comme dirait Lafayette dans les Aristochats, « C’est la guerre Napoléon, on ne peut pas toujours gagner. » Et, docile, pour une fois !, elle prend la direction du château, même si c’est à contrecœur.

Si elle fait le bilan de ce petit intermède, elle doit bien avouer qu’il a été plutôt sympa, dès lors que la bête primaire a renoué avec son côté plus humain, et cessé de vouloir lui pisser dessus comme un alpha… Son rire, franc et spontané, elle ne se souvient pas l’avoir entendu avant ce soir, mais s’en souviendra maintenant pour longtemps. Elle sait que c’est possible, du coup, de lui faire lâcher un peu prise, et s’escrimera à répéter ce genre de manœuvre. Pas spécialement pour obtenir des trucs, concrètement, l’I-Pod elle peut s’en passer, mais juste parce que c’est plus agréable de se dire que son tôlier est capable d’un peu de compassion, d’un peu d’humanité… Eeeeet sans certitude aucune, Alexys dirait que c’est à peu près comme ça que débute un syndrome de Stockholm.

La réflexion sur le club med’ la fait ouvertement pouffer. « Dommage, j’aurai bien dansé dirladada au bord de la piscine… » ajoute-t-elle sur la lancé. Les clubs de vacances, elle ne les a connus qu’adolescente, une fois ou deux. Ça lui a laissé un souvenir assez… Mitigé. Grossomodo, elle en garde que c’est la foire au beauf et au boudin. Imaginer Samaël faire de l’aquagym par contre… L’image n’a pas de prix, et l’humaine doit se mordre la joue pour ne pas éclater de rire tout à fait. Par contre, elle n’en dit rien au vampire, mais la perspective de faire du jardinage ne lui est pas si déplaisante. Ca a quelque chose de reposant pour l’esprit, selon elle. Cela étant, elle préfère mettre à profit le temps libre dont elle dispose pour échafauder un plan qui lui permettrait de partir d’ici, plutôt que de planter des navets… Enfin, elle verra bien s’il décide d’appliquer la menace ou pas.

Elle grimace cependant quand il lui dit qu’elle fera comme tout le monde… S’il y a bien quelque chose qu’elle a toujours eu en horreur, c’est bien faire bêtement comme tout le monde. Paradoxal, pour une militaire, pas vrai ? Le fait est que des mécanos dans son genre, y’en a pas beaucoup dans l’armée, encore moins des femmes, ce qui lui donne un statut implicitement un peu à part. Du coup, de fait, dans son unité, elle ne dépasse pas beaucoup du lot, mais au retour dans la vie civile… Elle détonne. Et ça lui plaît. Ça lui est donc très pénible d’accepter que les règles de ce maudit endroit ne lui permettent pas de trouver sa place, de tirer son épingle du jeu… Tant pis.

Vu que le pas de Samaël n’a pas l’air des plus énergiques, Alexys se cale sur son rythme nonchalant. Elle n’e jurerait pas, mais elle a l’impression qu’il n’a pas l’air plus pressé qu’elle de rentrer… Il y a peut-être une carte à jouer… Et c’est la question sur l’I-Pod qui lui ouvre une fenêtre, qu’elle va se faire une joie d’ouvrir en grand… « Bleu électrique s’il te plaît, le clair, bien flash… » Elle espère aussi qu’il lui laissera accéder à un PC pendant une heure ou deux, le temps de mettre de la musique dessus, sinon, son bidule ne servira à rien. Elle s’en demande même ce qu’il écoute comme musique… Elle l’imagine bien, avec son visage torturé, allongé sur son lit se passant Hurt, de Johnny Cash… « Dis Samaël… » Elle s’arrête, murmure, sachant qu’il l’entendra parfaitement, mais ne se retourne pas. On ne sait jamais qu’on la voit en train de lui faire les yeux doux… « On est obligés de rentrer maintenant ? Je veux dire… » Elle déglutit, un peu mal à l’aise... « C’est beaucoup plus facile de savoir comment m’occuper quand je me fiche des répercussions… Mais là, on a un deal et pour être tout à fait honnête… » Elle n’a pas la moindre idée de ce qu’elle peut ou ne pas faire, parce qu’elle n’a jamais pris la peine d’écouter le million de fois où on lui a dit « ça non/ça oui ». Du coup, elle a beau y réfléchir, elle n’a pas le plus petit indice sur quoi faire de ses dix doigts quand LUI ne lui donne rien à faire… « Je sais pas trop comment m’y prendre pour ne pas attirer l’opprobre sur ta maison et tout le toutim… » L’opprobre… Un terme totalement désuet qui lui arrache un sourire en coin. Et si elle se mettait à lui parler en ancien français pour l’agacer ? Comme une bonne grosse snob des temps jadis ?

_________________
Thanks for making me a fighter
by lizzou.

- Absente jusqu'au 23/07 -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 505
Pseudo/Prénom : Nalex/Alexia
Multicompte(s) : Aucun
Avatar + © : Luke Grimes + @Shiya
Âge : Si physiquement on lui donne 30 ans, en réalité il va sur ses 90 ans
Occupation : Prendre un mâlin plaisir à tourmenter quelques humains
Everything about me : "Donc vous voulez que je vous parle de moi. Je n’ai rien à dire. Même si c’était le cas, vous auriez tort de me croire. La confiance est un mensonge. Personne ne connaît jamais personne. Les gens pensent que si on aime suffisamment quelqu’un, alors tout pourra toujours s’arranger. Les gens ont tort [...] À la fin, vous serez seulement malheureux. "

MessageSujet: Re: When the night has come...   Mar 17 Juil - 16:57
Si on lui avait dit que la situation prendrait une telle tournure, jamais il ne l’aurait cru et aurait même ri. Dans une colère folle suite à la révélation de sa succube comme quoi Alexys était encore en train de transgresser plusieurs règles – elle ne peut bien évidemment pas se contenter d'une seule à la fois – Le voilà maintenant plus détendu et le cœur plus léger. Dire qu'il vient de boire son sang ! Dire qu'ils viennent de passer un pacte pour ça au lieu que le vampire se serve sans demander. Dire qu'il vient d’accepter de lui offrir un Ipod et se prend même à lui demander la couleur.... Mais bordel, qu'est ce qu'il ne tourne pas rond chez lui ?! C'est bien ce qu'il se demande tandis qu'ils avancent tout deux vers le château. Et plus le temps passe, et plus sa conscience ne cesse de lui répéter qu'il fait la plus grosse erreur de toute sa vie...

Quelques pas derrière Alexys, Samael est perdu dans ses penses, regard dirigé vers la silhouette de la blonde. Sans vraiment s'en rendre comte, il l’analyse, l'évalue. Sa façon de se déplacer, le mouvement de ses hanches, ses jambes... C'est la voix de la jeune femme qui le fait revenir à l'instant présent.... Et secouer la tête de gauche à droite, non sans esquisser un sourire quand il l'imagine danser au bord de la piscine. « Bleu électrique hein. » qu'il répète, notant mentalement le choix d'Alexys. Il serait bien évidemment préférable qu'il prenne le premier venu, voire le moins cher, sans se soucier de la couleur et de la possible déception d'Alexys, mais c'est plus fort que lui. Il a envie de lui faire plaisir pour une fois, et si ça passe par un Ipod de couleur bleu clinquant, et bien soit. « Mh ? » qu'il réagit, alors que l’esclave prononce son prénom. Samael s'arrête net, toujours derrière elle, sourcil arqué, intrigué de ce qu'elle va lui demander. La jeune femme ne se retourne pas, continue de lui tourner le dos, et parle d'une voix si basse qu'un simple humain n'aurait pour sûr rien compris. Mais ce n'est pas le cas du vampire et son ouïe ultra développée, comme tout le reste de ses sens. Bien sûr que Samael a parfaitement entendu sa demande de ne pas rentrer tout de suite. Mais le brun ne dit rien dans un premier temps, soupirant faiblement. Alexys poursuit sa tirade, jusqu'à avoir fini. Le silence se fait à nouveau entre eux, un court moment. « J'ai plein de trucs à faire donc oui, obligée de rentrer » qu'il commence, tout en regardant sa montre avant de hausser les épaules quand la blonde se tourne vers lui. En vrai, il a bien encore une heure devant lui - sa succube étant venue le réveiller brusquement et bien trop tôt - avant de vaquer à ses occupations. Mais ça, c'est une information que l'esclave n'a pas à savoir. Et puis Samael préfère la savoir à l'intérieur du château, plutôt que dans les jardins, en pleine nuit  et à la merci de n'importe quel vampire qui pourrait passer par ici.

Puis, il fait mine de réfléchir. Mais ça ne dure pas longtemps, car déjà sa réponse fuse. « Ça fait des mois que t'es là. T'es censée savoir à quoi t'en tenir » qu'il lance d'une voix dure tout en croisant les bras. Et ça ne le surprend pas plus que ça, au final, qu'Alexys ne se souviennent pas des règles à respecter. Mais le ton doux qu'elle a employé pour savoir de quelle manière procéder calme Samael qui se radoucit. « Déjà arrête de transgresser les règles : piller le frigo, sortir sans autorisation, tout ça quoi. » qu'il commence d'une voix légèrement frustrée en se rappelant toutes les règles que la belle n'a pas respectées depuis ces derniers mois. « Quand j'suis pas là, t'amuses pas à explorer le château. Surtout toute seule. Évite d'être trop près des chambres des vampires, et surtout, interdiction d'aller vers l'aile l'ouest. » qu'il termine d'une traite, plongeant son regard dans celui d'Alexys pour montrer à quel point il est sérieux. Forcément, il ne veut pas qu'il arrive quelque chose à son esclave si elle venait à fouiner un peu trop vers les créatures de la nuit. Mais pire encore si elle s'approche de l'aile des Lightwood. Même lui n'est pas certain de ce qui pourrait advenir de la blonde. Pas sûr qu'elle reste vivante très longtemps sans avoir fait office de repas.

_________________
Jouer entre nous
ça reste jouer avec le feu
pour oil on these flames, speed up my heart again
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: When the night has come...   
Revenir en haut Aller en bas
 
When the night has come...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heartkiller  :: Le coeur des ténèbres :: Les jardins-
Sauter vers: