AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 the way he looks at you ...

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Date d'inscription : 01/07/2018
Messages : 39
Avatar + © : Ana De Armas (c)kidd
Âge : (Soixante-Huit Ans) dissimulés sous ce visage de poupée dont les traits laissent penser à une vingtaine d’années.
Occupation : (Émissaire) de la famille Romanov, elle voyage, observe, épilogue.
Everything about me :
MessageSujet: the way he looks at you ...    Mer 18 Juil - 23:26
the way he looks at you ...
Alexys & Samaël & Roxane
••••

   
Manipulation. n.f. Emprise exercée sur une personne afin de l’amener insidieusement à tel ou tel comportement ou acte.

Jambes élégamment croisées, la demoiselle observait son invité avec attention tandis que la plume glissait sur le papier. Petit humain docile ayant croisé le chemin d’un être vil au minois angélique. Il pouvait se rassurer : ce n’était pas pour de funestes raisons qu’il était en ces lieux, auprès d’elle. Bien que son sang passant sa carotide au rythme régulier de ses pulsations fut très tentant. Elle avait pour l’heure d’autres projets… «  Retrouve moi à minuit en haut de la tour Sud-Est. » La vampire glissa son regard vers les écrits. Des mots simples qu’elle avait soufflés à son pantin avant qu’il ne les retranscrive. Ce dernier n’était pas en capacité de le percevoir mais la stratège avait finement tissé ses fils. Un tissage qu’elle n’avait qu’à manier avec habilité pour obtenir ce qu'elle souhaitait. « N’oublies pas de signer Samaël. Elle est sienne. Elle viendra. » Alexys... Quelques jours plus tôt, elle avait eu l’occasion de l’apercevoir dans le sillage de Samaël...

L’esclavage humain. Synonyme de tortures, de soumission, de cris mélodieux, de pleurs pathétiques mais aussi de manipulation de jouets au sang toujours délicieusement chaud. Divertissant. Un concept qui semblait attractif … jusqu’à ce qu’elle remarque le regard de SON frère pour ce bout de chair blondinet sans intérêt. Aucun. Prunelles longuement dardées sur les deux individus, la déraisonnable jalousie s’était invitée dans chaque parcelle de son être pour ne plus la lâcher. Roxane n'aurait pas nommé ce ressenti ainsi. Une humaine ne méritait nullement qu'on la jalouse. Être pathétique, fragile et inférieur ... Elle aurait pu lui arracher les entrailles tout en sirotant un cocktail si elle l’avait souhaité. Oh le bruit des gargouillis étaient une mélodieuse symphonie… Mais… Mais elle se devait d’être raisonnable Roxane… ou plutôt plus subtile. Le germe d’un scénario plus accidentel était alors né dans cet esprit malsain… « Nous nous retrouvons après, n’est-ce-pas ? Le deal...» Les pensées s’estompèrent, les jambes se décroisèrent. Foutu junkie accro au sang de vampire. Prêt à faire le putain pour quelques gouttes d'un nectar si précieux. Il se fourvoyait de penser une seule seconde qu'elle lui accorderait pareil privilège. Mais ça... ça elle le lui ferait comprendre plus tard. Il avait d'abord une certaine besogne à accomplir. « Oui le deal. Nous nous retrouverons là où nous avons convenu mais si tu te fais prendre n'oublies pas …  » Les doigts parcourant l’avant bras de l’individu s'enfoncèrent brusquement dans sa chair. Leurs prunelles s’accrochèrent sans difficulté. « Le silence ou la mort. » Les doigts reprirent leur caresse, contraste déconcertant. Un léger sourire ourla ses lèvres. Inutile de lui préciser qu’il soit rapide et discret…Face à un vampire, un humain n’avait rien de tout ça. « J’ai encore quelques détails à régler. Pars. » Le contact s’interrompit aussitôt. Il se leva.

Tour Sud-Est – 00h00
Il était tapi dans l’ombre le jeune homme, guettant l’arrivée de l'esclave silencieusement. Puis il aperçut sa silhouette se détachant dans la douce luminosité de l’escalier, s’approchant. Le moment serait bientôt venu d'agir... Dès lors qu’elle lui tourna le dos, il saisit l’occasion percutant son dos avec force. Qu’importe qu’elle lutte, qu’elle se débatte. Il avait un objectif, un deal. Il parvint à l’amener jusqu’aux bords du rempart non sans difficultés et après de longues minutes, il porta le coup final. Le corps de la blondinette bascula alors dans le vide et déjà il prenait la fuite…

   

   ••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 25/06/2018
Messages : 138
Avatar + © : Teresa Palmer
Âge : 29 ans, bientôt 30
Occupation : Tout ce qui peut faire sortir Samaël de ses gonds
MessageSujet: Re: the way he looks at you ...    Ven 27 Juil - 14:24
Une fois n’est pas coutume, des rires emplissent le dortoir, d’ordinaire morne, terne, empli d’un désespoir qui a la fâcheuse tendance à filer des boutons à Alexys… Mais pas ce soir, non. Ce soir, elles sont quatre parmi les esclaves de Samaël assises en tailleur sur son lit, des cartes entre les mains. Enjouée de sa récente supplique exaucée, probablement car peu onéreuse, par le vampire, la jeune femme a décidé d’en faire profiter ses compagnes, ce qui lui permet d’en profiter elle-même. Elle ne peut dire à quand remonte la dernière fois qu’elle a joué, mais ce dont elle est certaine, c’est qu’elle n’a pas ri autant depuis son arrivée sur l’île. « Bon, dernier tour. Carte sur le front. » Ses yeux bleus pétillent de malice en cet instant, les rendant semblable à des saphirs. Ceux de ses compagnes ne leur doivent rien. Toutes ont les joues rosies d’avoir trop ri, d’avoir haussé le ton, de s’être offusqué… Bref, d’avoir vécu, pendant la dernière demi-heure.

Cartes en main, Alexys distribue et, dociles, les esclaves s’exécutent, tout comme elle, comme elle le leur a montré. Un point de salive déposé du bout de la langue sur le verso de la carte, et hop, on la colle sur son front sans la regarder. A ça pour sûr, elles ont fière allure, toutes les quatre ! Dans le dortoir, on les regarde avec une pitié teinté d’envie… On plaint autant qu’on envie leur insouciance, cadeau empoisonné entre ces murs, car sitôt la porte passée… Elles devront retrouver l’ersatz de vie monochrome, sans saveur, à laquelle les astreint la servitude…

Mais pas tout de suite. Pour l’heure, à cet instant, cette minute, elles vivent, rient, et lancent des pronostics. Qui bat qui ? Qui a la plus forte des cartes ? Les débats vont bon train, chacune des participantes n’ayant vue que sur la carte de ses compagnes, sans savoir celle qu’elle a sur le front. Les débats vont bon train, si rapides et volubiles, qu’elles mettent plusieurs longues secondes à remarquer l’individu sorti tout droit de nulle part et venu se planter près d’Alexys, essayant à grand peine de se racler la gorge pour attirer son attention. Pile dans son angle mort, elle est la dernière à le remarquer et finit par darder sur lui, tandis que son sourire se fane, une œillade suspicieuse. « Oui ? » demande-t-elle, pas certaine de la façon de répondre à ce genre de comportement. Le garçon, lui, semble être au fait et lui tend rapidement un petit morceau de papier, avant de filer à l’anglaise avant même qu’elle ne l’ait lu. Les sourcils blonds de l’humaine se haussent se surprise, et un rapide coup d’oeil à ses compagnes l’informe qu’elles partagent cette surprise.

Un peu dubitative, elle ouvre le mot, et finit par froncer les sourcils. Aucune n’ose venir lire par-dessus son épaule, malgré la curiosité qui les dévore. Elles n’ont pas longtemps à attendre cependant, puisque l’humaine finit par balancer le billet au milieu d’elle. « V’là aut’chose… » qu’elle commente avec humeur. « Ça lui suffit pas de venir nous chercher ou d’exiger qu’on soit à sa chambre quand Môsieur se réveille, ‘faut que maintenant il donne des rendez-vous à perpette les bains sans explications… » maugrée-t-elle, ne remarquant qu’à retard les expressions soit de jalousie, soit de scepticisme. Un lourd silence s’installe, brisant l’ambiance décontractée qui régnait jusque là, et c’est la plus ancienne des esclaves de Samaël qui lui répond, après avoir pris le billet analysé celui-ci. « C’est vrai que c’est étrange… » renchérit-elle. « De mémoire, il n’a jamais fait une chose pareille… » A son tour suspicieuse, elle darde sur Alexys une œillade sévère. « Je serai toi, je me méfierai. » Fait-elle, avant de renvoyer le billet au milieu d’elles toutes.

Par la suite, chacune l’analyse et y va de son petit commentaire. Les saphirs d’Alexys, pour leur part, restent dans le vague. Quelle pratique saugrenue… On oublie les spéculations liées aux cartes, et on spécule sur les desseins de Samaël. Certaines pensent à une surprise, d’autres à une punition. Une encore a émis l’idée qu’il veut se débarrasser d’elle en l’envoyant au casse-pipe. Il pourrait ensuite réclamer une compensation pour la perte d’une esclave. Une autre encore lui conseille de ne pas y aller, en lui disant que c’est peut-être un test. Après tout, elles sont toutes au courant, il n’aime pas que ses esclaves errent les couloirs la nuit…

Lasse de les entendre caqueter, Alexys a fini par reprendre la note et leur demander de la laisser tranquille. Elle ira, puisque le mot le lui demande, et si jamais il s’avère que c’était un faux, elle compte sur elles pour affirmer qu’elle ne ment pas, et qu’elle a bien reçu une convocation de sa part. Cette demande clos le débat. La jeune femme ignore si elles attesteront de la véracité de son histoire en cas de problème cependant. Elle ignore pourquoi, mais certaines ont l’air très jalouse d’elle. Elles le savent, pourtant, qu’elle veut tout faire pour quitter cet endroit… Ce n’est pas comme si elle avait à cœur de leur voler quoique ce soit…

Quoiqu’il en soit, vers minuit moins le quart, Alexys passe négligemment un short, la chaleur des Bermudes demeurant étouffante malgré la nuit, ainsi qu’un débardeur et des petites tennis. La note ne fait aucunement mention de vêtements particuliers, donc autant opter pour ce qui est confortable. Nonchalante, elle attache aussi négligemment ses cheveux en une queue de cheval haute, grossière, de laquelle s’échappe autant de mèches blondes et bouclées aussi indisciplinées qu’elle-même. Décidée à se remettre en forme et ayant repris l’entraînement récemment, elle rejoint l’endroit du rendez-vous à petites foulées, faisant bien attention de se coller au mur à l’approche de n’importe qui ayant l’air suffisamment hautain pour être un vampire, ce qui lui garantit une arrivée à l’heure et sans encombres.

Elle est surprise, une fois sur place, de ne pas discerner la silhouette de Samaël dans la pénombre et son instinct, déjà pas mal éveillé, finit de se réveiller. Prenant sur elle, allant contre sa pulsion de faire demi-tour en courant, elle s’obstine et avance un peu, tout doucement. « Samaël… ? » Appelle-t-elle, la voix basse, mais ferme, refusant de laisser penser à qui que ce soit qui pourrait l’entendre qu’elle avait peur…

Et finalement, comme pour donner raison à sa paranoïa, on la pousse. Il n’y a que son entraînement militaire pour lui permettre de mettre en application les réflexes adéquats de ce genre de situation, et lui épargner la chute, mais l’agression ne s’arrête pas là. L’homme, car c’est un homme, s’obstine. Il revient à l’assaut et pousse, frappe, tente de tordre les membres, tire les cheveux. Alexys, pour sa part, réplique comme elle peut. Elle lutte, frappe les côtes, qu’elle entend se briser sous l’impact de son poings, le nez, les tempes… Mais rien à faire, il revient toujours, comme s’il n’avait pas mal. « Il est drogué… » finit-elle par comprendre avec horreur, et c’est un instant de distraction de trop, qui donne la fenêtre attendue par son agresseur. Sa dernière poussée est la bonne, elle finit par basculer dans le vide…



La nuit reste silencieuse. Pas de cri, parce que la terreur noue la gorge de la blondinette, pas de bruit de corps humain rencontrant durement le macadam, trente mètres plus bas. Juste une silhouette féminine cramponnée de toutes ses forces à une gargouille, le corps dans le vide. Alexys est au bord de la panique, mais lutte, aidée par l’adrénaline, pour la garder au loin. Sa situation est critique, elle a besoin d’aide. Ce genre d’exercice n’a jamais été son favori, et avec les mois de relâche qu’elle vient de traverser, elle doute sérieusement de sa capacité à hisser son propre poids hors de danger… Il faut qu’elle hurle pour qu’on l’aide, mais si l’agresseur est encore là, il saurait qu’elle a survécu et pourrait tenter de la décrocher… Il faut qu’elle trouve une solution, et vite, avant que ses forces ne s’épuisent et qu’elle ne lâche… Ou alors, c’en est fini d’elle…

_________________
Thanks for making me a fighter
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 558
Pseudo/Prénom : Nalex/Alexia
Multicompte(s) : Aucun
Avatar + © : Luke Grimes + @Shiya
Âge : Si physiquement on lui donne 30 ans, en réalité il va sur ses 90 ans
Occupation : Prendre un mâlin plaisir à tourmenter quelques humains
Everything about me : "Donc vous voulez que je vous parle de moi. Je n’ai rien à dire. Même si c’était le cas, vous auriez tort de me croire. La confiance est un mensonge. Personne ne connaît jamais personne. Les gens pensent que si on aime suffisamment quelqu’un, alors tout pourra toujours s’arranger. Les gens ont tort [...] À la fin, vous serez seulement malheureux. "

MessageSujet: Re: the way he looks at you ...    Dim 29 Juil - 12:53
Ce soir, le vampire s'ennuie. Il tourne en rond dans le château comme un lion en cage. Pourtant, il pourrait se rendre n'importe où à la vitesse de la lumière. Mais non. Il reste ici, sur cette île maudite, en compagnie de ses esclaves. D'ailleurs, il finit par retourner dans ses quartiers avec deux d'entre elles. La situation évolue très rapidement tandis que les deux femmes usent de leurs charmes pour attirer son attention. Et pourtant, son esprit vagabonde ailleurs, comme d'habitude depuis plusieurs mois... Il se demande ce qu'elle fait, avec qui elle est, et surtout, si elle commence à se faire à sa nouvelle condition. Car si ce n'est pas le cas, Samael ne saura vraiment pas quoi faire d'elle à part la revendre à un autre... mais même ça, il ne pourrait pas. Le vampire ne supporterait pas de voir un autre se pavaner avec la blonde... Alors quoi ? Il pourrait tout simplement la ramener sur le continent... Non, impensable. Secouant vivement la tête, le brun revient sur Terre face à ses deux esclaves qui le regardent d'un œil dubitatif. Et finalement, il leur fait prendre congé, sans avoir donné une seule goutte de son précieux sang. Et en dehors de ça, il ne se rend pas compte que si ses deux esclaves semblent déçues, ce n'est pas seulement du fait de ne pas avoir pu boire ce précieux liquide. Mais bien plus...Elles désirent tellement plus. En particulier son attention, comme il a pu le faire avant qu'Alexys débarque sur cette île. Mais voilà, la donne a changé et déjà il ordonne à ses deux esclaves de la faire venir. Et il attend, seul, torse nu, allongé sur son lit à fixer son plafond, les bras croisés derrière la tête.

Les minutes s'égrainent et toujours rien. Et déjà, Samael commence à perdre patience.. C'est à ce moment que l'on toque à la porte. Deux coups timides avant que la jeune demoiselle ne se décide à entrer sous ordre de son maître. Et s'il s'attendait à voir Alexys, sa déception est grande quand il voit débarquer la plus jeune de ses esclaves. Et déjà, il sent que sa colère ne va pas aller en s'atténuant. Hésitante, elle finit par lui dire ce qu'il en est : Alexys n'est pas là, mais à l'extérieur, sans son autorisation. Et il explose le brun, aboyant sur la jeune femme qui n'y est strictement pour rien et surtout, qui n'a pas toutes les informations comme le petit mot que la blonde a reçu. Petit mot soit disant signé de Samael...

En trombe, et sans prendre le temps d'enfiler quelque chose,  le vampire se dirige vers l'extérieur du château, sans vraiment savoir où chercher. Il fouille les jardins, les allées, partout à la recherche de sa précieuse esclave rebelle. Et finalement, il arrive au niveau de la tour sud-est. Il ne faut pas longtemps à sa vision aiguisée pour repérer Alexys, suspendue dans le vide... « Putain de... » Le sang de Samael ne fait qu'un tour, et à  vitesse vampirique, il se rend sur le toit. Une fois en haut, le brun attrape le poignée de la jeune femme et la hisse d'une seule main jusqu'à lui. « Mais à quoi tu joues bordel ! » qu'il hurle dans un premier temps, avant de prendre son visage en coupe entre ses mains. « Ça va tu n'as rien ? » qu'il demande, la colère cédant sa place à l'inquiétude.

_________________
JOUER ENTRE NOUS
ça reste jouer avec le feu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 25/06/2018
Messages : 138
Avatar + © : Teresa Palmer
Âge : 29 ans, bientôt 30
Occupation : Tout ce qui peut faire sortir Samaël de ses gonds
MessageSujet: Re: the way he looks at you ...    Mer 1 Aoû - 10:11

Aucun doute possible, la situation d’Alexys est critique. Ce sont des trésors de selfcontrol que la jeune femme aux cheveux couleur de lune doit déployer pour ne pas céder à la panique, contrainte de creuser toujours plus loin dans ses ressources au fur et à mesure que son propre poids tire vers le bas, fatiguant les muscles de ses bras. Pour tenter d’être constructive, elle essaie d’être méthodique. Ce qu’il faudrait, c’est qu’elle puisse prendre appui sur le mur et s’aider de ses jambes pour remonter, mais pour ça, elle devrait se déplacer jusque-là. Il n’y a pas beaucoup de distance à couvrir, à peine un mètre, mais dans sa situation… Elle ferme les yeux et respire. Elle pourrait aussi tenter de se mettre en position du paresseux ? Non, mauvaise idée. Le cou de la gargouille est trop large pour qu’elle puisse verrouiller sa prise, elle s’épuiserait pour rien et tomberait… Alors quoi ?!

Le doute l’assaillant, la panique commence à gagner du terrain et à entamer sa lucidité. Son cœur, qui jusque-là battait modérément vite, s’emballe. Elle a l’impression de sentir le souffle de la mort dans sa nuque, la terreur grimpant d’un cran supplémentaire tandis que sur sa rétine s’impriment les images virtuelles de sa chute imminente, et le fracas de son crâne sur la terrasse… Ses mains deviennent moites, elle va lâcher…

Ou plutôt allait lâcher, quand des doigts se ferment en étau sur son poignet et la remontent sans efforts jusqu’au balcon, désorientant un peu plus la jeune femme. La panique, toujours présente, la font lutter contre ce sauveur inespéré, dont elle ne discerne pas les traits dans l’obscurité. Elle l’entend d’abord hurler, le son de sa voix étant familier, mais sous l’adrénaline distillée par la terreur, elle ne comprend pas ce qu’il dit. Elle lutte pour sa liberté pendant plusieurs longues secondes, jusqu’à être immobilisée quand son visage est saisi. Son regard est fou, ses pupilles dilatées à leur paroxysme. Son cœur tambourine comme jamais, si fort qu’il laisse craindre une sortie fracassante de sa cage thoracique. Elle est, pendant encore quelques secondes, comme un animal luttant pour sa survie… Et puis seulement, quand il lui demande si elle va bien, elle se stabilise. Le souffle court, elle arrête de gesticuler et prend le temps de regarder celui qui vient de la tirer du vide… Samaël.

Le soulagement lui coupe les jambes et fait briller ses yeux d’humidité. Ses mains venant se superposer aux siennes, avant de venir s’enrouler autour de son cou, Alexys y enfouissant aussi son visage. Se mettant à trembler, elle a besoin d’une bonne minute pour essayer de se rassembler avec elle-même, puisant dans la présence sûre et calme du vampire pour reprendre ses esprits, se serrant contre lui comme s'il était son dernier rempart avant la chute. Plus difficile à dire qu’à faire, ses jambes finissent par la trahir, par ne plus pouvoir la porter, signe qu’elle commence à se détendre, et que le contrecoup du choc est là. Livide, elle se laisse glisser le long de la balustrade, son palpitant commençant à peine à se calmer, son cerveau recommençant à peine à réfléchir de façon relativement rationnelle.

Et là, tout lui revient d’un coup, le mot, la sortie, le combat, la chute… Et s’imbrique, mais pas tout à fait comme elle le voudrait. « T’étais pas là… » commence-t-elle à articuler avec difficulté. Voyant que sa voix tremble, elle serre les dents, ce qui les empêche de claquer, et respire plus profondément pour tenter de récupérer plus vite. Ses doigts, quant à eux, s’accrochent à la rambarde avec l’énergie du désespoir, trahissant sa crainte d’être de nouveau jetée dans le vide. Ce sont des yeux fous qu’elle lève vers le vampire, peu certains de ce qu’elle doit croire, de qui elle doit réellement se méfier. « T’étais pas là, et on… On m’a… » Elle ne parvient pas à terminer sa phrase. « Pourquoi t’étais pas là ? » A son grand dam, sa voix se brise. S’il avait été au rendez-vous pour commencer, ils n’en seraient pas là…

_________________
Thanks for making me a fighter
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 558
Pseudo/Prénom : Nalex/Alexia
Multicompte(s) : Aucun
Avatar + © : Luke Grimes + @Shiya
Âge : Si physiquement on lui donne 30 ans, en réalité il va sur ses 90 ans
Occupation : Prendre un mâlin plaisir à tourmenter quelques humains
Everything about me : "Donc vous voulez que je vous parle de moi. Je n’ai rien à dire. Même si c’était le cas, vous auriez tort de me croire. La confiance est un mensonge. Personne ne connaît jamais personne. Les gens pensent que si on aime suffisamment quelqu’un, alors tout pourra toujours s’arranger. Les gens ont tort [...] À la fin, vous serez seulement malheureux. "

MessageSujet: Re: the way he looks at you ...    Jeu 2 Aoû - 18:51
En voyant ainsi Alexys suspendue dans le vide, le cœur de Samael manqua un raté et son sang se glaça. C'est à vitesse de vampire qu'il se rendit sur le toit pour lui porter secours, avant qu'elle ne lâche prise sous son propre poids, ne prêtant même pas attention à l'homme qui se cache en essayant de ne pas se faire repérer. Car ce n'est pas le Romanov là qu'il attendait... Mais, à l'heure actuelle, pour le vampire, il n'y a que Alexys qui compte, et sa sécurité. D'un geste agile et sans beaucoup d'effort, Samael la hisse jusqu'à lui, sur le sol ferme du toit du château. Sous la peur qu'elle lui a fait, le vampire ne trouve rien de mieux à faire que de hausser le ton, sans vraiment chercher à comprendre comment son esclave a pu se retrouver dans cette situation. Mais vu le regard apeuré qu'elle lui lance et son corps tremblant, nul doute qu'elle ne s'est pas suspendu dans le vide de son plein gré. Inquiet, Samael l'oblige à le regarder, prenant son visage entre ses mains... Et il ne s'attend pas à ce qu'Alexys se jette dans ses bras, comme elle vient présentement de le faire. Pris au dépourvu, le brun reste interdit un long moment, avant de la serrer contre lui, réalisant ainsi à quel point elle a eu peur. « Là, tout va bien. Tu crains plus rien. » qu'il murmure alors que ses mains caressent son dos dans une manière maladroite de la rassurer. Mais la belle flanche sous son propre poids, et c'est dans les bras du vampire qu'elle s'effondre. Tout deux à terre, Samael s'éloigne un peu, histoire de laisser la jeune femme respirer. Il l'observe, tente de sonder l'expression de son visage dont les traits semble se décrisper à mesure qu'elle réalise qu'elle est hors de danger à présent.

Accrochée à la balustrade, comme si elle avait peur de chuter à nouveau, Alexys prend la parole, non sans quelques difficultés. Samael l'observe, arquant un sourcil d'incompréhension. « Pourquoi tu voulais que je sois sur le toit du château en pleine nuit ? Tu crois vraiment que je passe mon temps à te suivre ? » qu'il demande d'une voix qu'il essaye de garder calme. Le vampire ne réalise pas du tout que quelqu'un a attenté à la vie de son esclave. « D'ailleurs, qu'est c'que tu fous ici ? Tu sais parfaitement que t'as pas le droit de sortir la nuit sans mon autorisation! » qu'il demande non sans élever un peu la voix. Mais voyant l'attitude apeurée d'Alexys, Samael se radoucit. Loin d'être idiot, il voit bien que quelque chose cloche. Si elle voulait mettre fin à ses jours, elle ne réagirait sûrement pas comme elle le fait actuellement... Tentant de comprendre ce qu'il s'est passé, un bruit au loin met le vampire sur le qui-vive. Samael se redresse, scrute la pénombre... jusqu'à tomber sur une silhouette qui tente de prendre la fuite de manière discrète. Ou du moins, aussi discrète que peut l'être un humain... Et il ne faut pas longtemps au vampire pour faire le rapprochement entre cet homme et son esclave...

Sans réfléchir, et porté par sa soif de haine et de vengeance, Samael se rend près de lui en un clin d’œil avant de le saisir par le cou et le soulever d'une seule main, lui coupant ainsi la respiration. Plongeant ses yeux dans les siens, c'est un regard noir qu'il lui lance tandis que l'homme se débat vainement. Et sans un mot, le vampire lui brise la nuque sans sourciller. Purement t simplement. Le corps sans vie de l'homme retombe mollement sur le sol, et Samael se retient de lui crâcher dessus... A la place, il revient vers Alexys d'un pas calme et maitrisé, avant de s'accroupir de nouveau près d'elle. « Tu peux marcher ? » qu'il demande d'une voix douce, avant de placer l'une de ses mèches derrière son oreille. Et alors que la jeune femme tente de se relever, les jambes encore flageolante, Samael n'attend pas de réponse que déjà, ses bras passent sous les genoux de la blonde pour la soulever.

L'esclave dans ses bras, le vampire pivote pour retourner à l'intérieur du château et la ramener jusqu'à sa chambre. Ce soir, elle dormira avec lui. Mais à peine a-t-il fait quelques pas, qu'il s'arrête net. Une odeur vient lui titiller les narines, portée jusqu'à lui par la brise nocturne. Un parfum beaucoup trop familier pour être une coïncidence. « Je sais que t'es là. » qu'il lance d'une voix rauque. « Sors de ta cachette, @Roxane. »

_________________
JOUER ENTRE NOUS
ça reste jouer avec le feu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 01/07/2018
Messages : 39
Avatar + © : Ana De Armas (c)kidd
Âge : (Soixante-Huit Ans) dissimulés sous ce visage de poupée dont les traits laissent penser à une vingtaine d’années.
Occupation : (Émissaire) de la famille Romanov, elle voyage, observe, épilogue.
Everything about me :
MessageSujet: Re: the way he looks at you ...    Jeu 2 Aoû - 22:09
the way he looks at you ...
Alexys & Samaël & Roxane
••••

   
Le plan était loin d’être parfait… loin de là… mais avec un humain engagé, junkie de surcroit, comment pouvait-il bien l’être ? Mais ainsi, la Romanov n’était nullement impliquée. Le corps serait retrouvé sur le bitume sans personne alentour pour fournir de quelconques explications.  Piste accidentelle ou pas, l’affaire serait vite classée. Après tout elle n’était qu’une humaine. Qu’importe son destin funeste. Oui Samaël n’apprécierait sans doute pas de trouver son jouet cassé. Surtout celui là même à qui il semblait porter une attention particulière. Il y  fouinerait davantage un temps peut-être mais elle lui trouverait d’autres affaires plus importantes qu’une poupée éphémère.

Spectatrice des ténèbres, elle s’était installée en parfaite équilibriste sur les hauteurs des remparts, les jambes dans le vide et avec une vue intéressante sur la tour concernée. Observatoire qui lui assurait discrétion à l’abri de tout regard là haut. Après un certain temps à contempler le ciel nocturne étoilé, les bruits de lutte parvinrent à cette audition sur-développée dont Mère Nature l’avait doté. Gosh n’avait-elle pas demandé de la discrétion à cet insecte ? Un léger soupire s’échappa d’entre ses lèvres. Il était trop lent. Elle s’ennuyait. Il y avait tout de même rien de compliqué dans ce qu’elle avait exigé. L’esclave semblait bien fine et légère. Une vraie brindille. Alors pourquoi n’était-elle pas encore sur le sol, brisée la petite brindille, hein ? La nuit était encore longue et elle avait d’autres projets en perspective…

Les prunelles s’arrêtèrent alors, le sourire naissant au coin de ses lèvres. Le bout de femme  avait enfin les pieds dans le vide. Mais la chute ne vint pas. Il fallait bien reconnaitre une chose : la race humaine était experte en survie. En témoigne encore aujourd’hui cette esclave, suspendue à une gargouille comme à une bouée de sauvetage. Ne pouvaient-ils donc jamais abandonner ? Cesser de se battre ? Non pas qu’elle n’aimait pas ça hein. Au contraire elle s’en était même amusée avec nombre de ses victimes, les faisant chanter de souffrance, les amenant avec lenteur et suppliques rencontrer la Faucheuse… mais aujourd’hui elle était pressée d’en terminer. Allez rends les armes petite chose… rends les armes… Le regard fut alors attiré par un mouvement en contrebas. Le corps suspendu ne le resta pas plus longtemps, amener sur la terre ferme. Un tournant inattendu et … embêtant. Très embêtant. La frustration se glissa sur les traits de la vampire qui s’était dès lors redressée. « Mais à quoi tu joues bordel ! » Cette voix hurlante… La bouche se crispe, le corps se tend. Samaël…

Les mains du frère étaient rassurantes et attentionnées pour cette petite brebis affolée. Agacée, le visage se ferma, traits renfrognés. Durant un instant, les pensées s’égarent, rêveuses d’agripper le corps frêle pour finir le travail. Pourtant elle resta immobile, observant les réactions de chacun dans le plus total silence. « Là, tout va bien. Tu crains plus rien. » En voilà un homme tellement attentionné pour…ça. Pour cette petite chétive qui ne parvenait même plus à tenir sur ses guibolles, ni même à sortir plus de trois mots identiques. Si Roxane avait pris la peine de s’en occuper, la blondinette vacillerait pour une raison bien plus valable…non en fait, elle serait juste morte. Une tâche simple. Que cet imbécile n’avait pas su accomplir. Oh il était toujours là. Même fuir il n’était pas parvenu à le faire correctement. Samaël le remarqua aussi. Cet humain au cœur tambourinant et aux pieds empotés… Elle se tenait d’ailleurs sur le qui-vive prête à intervenir. Samaël ne pouvait l’interroger. Il ne pouvait…Crac. Quel son délicieux que celui d’une nuque qui se brisait. Des brindilles. Comme Roxane l’avait bien dit un peu plus tôt. Ils pouvaient se casser si facilement si on n’y prenait pas garde. Mort, le corps retomba mollement sur le sol. Parfait. Une fois de plus, inutile pour elle de se salir les mains inutilement. Ainsi donc, le seul qui pouvait parler n’était plus en capacité de le faire. Ca arrangeait bien ses affaires.

Face à cet échec, la belle s’apprêtait à prendre congés. Tout n’était qu’une question de temps et elle en avait bien plus que cette blondinette. « Je sais que t'es là. »  Il semblait enfin avoir remarqué sa présence maintenant que l’objet de sa colère n’était plus et sa poupée dans ses bras en sécurité. « Sors de ta cachette, Roxane. » La silhouette se détacha alors des ombres, saut parfait de son perchoir pour venir atterrir non loin d’eux. Un air adorable était lové sur chacun de ses traits, prunelles venant à la rencontre de celles de son ainé. « Cela fait bien longtemps que nous ne jouons plus à cache-cache Samaël tu le sais bien. » Elle s’approcha, venant tout proche d’eux, regard déviant vers elle. « Ton petit animal de compagnie m’a pas l’air bien grand frère… »La peur irradiait encore de ce corps fragile. Elle en sentait les effluves pitoyables. « Tu devrais t’en délecter… l’adrénaline qui parcourt encore ses veines ne la rendra que plus délicieuse… »

   

   ••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 25/06/2018
Messages : 138
Avatar + © : Teresa Palmer
Âge : 29 ans, bientôt 30
Occupation : Tout ce qui peut faire sortir Samaël de ses gonds
MessageSujet: Re: the way he looks at you ...    Ven 3 Aoû - 14:58
Non, elle ne pense pas qu’il passe son temps à la suivre, non, et espère bien qu’il ne la flic pas ! Manquerait plus que ça… Les mots de Samaël contrarient visiblement Alexys, qui ne répond pourtant pas. Sa réaction semble être trop ingénue pour être un mensonge… Et lentement, tandis qu’elle se calme, la jeune femme parvient à remettre petit à petit les pièces dans le bon ordre, à les emboîter correctement. Le mot ne venait pas de lui, finalement. Quelqu’un le lui a envoyé pour qu’elle soit là, pour qu’elle tombe dans le vide… et meure. Le côté ridicule d’une telle hypothèse la fait enrager intérieurement. Qui serait assez con pour se donner autant de mal pour en finir avec elle ? Sérieux, est-ce que les commanditaires l’ont déjà regardée ?! Elle n’a rien de spécial, absolument rien, alors pourquoi perdre son précieux temps à des manœuvres aussi vaines ?!

Non, plus elle y pense, moins ça n’a de sens… Et pourtant… Et pourtant. Qu’est-ce qu’elle fait là, qu’il lui demande, Samaël. Elle pose sur lui des yeux perdus. Qu’est-ce qu’elle peut lui répondre ? Qu’elle a reçu une note signé de lui qui lui demandait d’être là à cette heure-ci ? A quel point elle aurait l’air folle de lui dire une chose pareille ? Non, elle ne peut décemment pas lui dire « quelqu’un a essayé de me piéger », ça sonne trop fou, trop exagéré pour quelqu’un d’aussi insignifiant qu’elle dans ce monde d’immortels… Elle essaie de penser vite et bien, de trouver une réponse qui tiendrait la route sans être un ignoble mensonge, mais… Elle est encore trop perturbée et ne parvient pas à penser. A rien. A sa question, son esprit se vide. Voilà pourquoi Alexys est une terrible menteuse. Chaque fois qu’elle aimerait mentir, en l’occurrence ça pourrait l’aider ici et maintenant, elle en est physiquement incapable. Plus de mots, plus de pensée, rien, le néant… Elle ouvre la bouche, mais rien n’en sort, lui donnant l’air d’un poisson hors de l’eau.

Résignée, elle finit par accepter son mutisme et referme la bouche, se disant qu’il sera toujours temps de lui dire la vérité une fois de retour dans son dortoir, où elle récupérera la note pour étayer ses dires. D’ici là, elle n’a pas la moindre envie de parler. Quand il lui demande si elle peut marcher, son orgueil répond en faisant la guerre à son corps, tirant pour qu’elle se lève et marche, qu’elle lui prouve qu’elle n’a pas besoin de lui, et que l’instant de faiblesse qui l’a vue se jeter dans ses bras est révolu, aux dépends de sa sensibilité qui apprécie le geste simple d’avoir remis une mèche de cheveux derrière son oreille, geste qui lui a donné une impression de confort, la sensation qu’elle pouvait se laisser aller... Mais non. Bornée, Alexys tente de se relever. Elle se sait avoir suffisamment de volonté pour tenir et marcher jusqu’à son lit. Y’a plus qu’à.

Ou y’avait plus qu’à. Apparemment, la question de Samaël était rhétorique, puisqu’il n’attend même pas qu’elle soit tout à fait debout pour la prendre dans ses bras. Et, lasse de se battre, Alexys, une fois n’est pas coutume, rend les armes et se laisse faire. En fait, là, comme ça, avec l’illusion de sécurité que lui offre la proximité du vampire, elle prend conscience qu’en fait, elle est fatiguée… Et encore, c’est un euphémisme. Epuisée, serait plus juste. Epuisée physiquement, mais surtout mentalement. Epuisée de se battre en permanence contre un système qui la broie, envers et contre tout, contre le manque de sa famille et de ses amis, contre une situation qui la révolte mais contre laquelle elle ne peut rien… Elle prend conscience qu’en fait, elle est un peu comme Don Quichotte contre ses moulins à vent, et ce constat achève de la détendre tout à fait, la transformant en poupée de chiffons entre les bras de Samaël. Nouant ses bras autour de son cou, elle y cache aussi sa honte, la honte qu’elle ressent à l’idée de capituler, et sa peine, son visage. Elle n’a qu’une hâte, c’est de retrouver son lit pour dormir, dormir et oublier.

Malheureusement pour elle, ils sont à peine sur le départ que le vampire se stoppe déjà. Quelque chose le gêne, elle en est à peu près certaine, et quand il se met à parler à quelqu’un qu’elle ne voit pas, elle en vient à se dire qu’elle est loin d’être au bout de ses peines… Elle ne bouge pas cependant, et attend, sans dire un mot, presque sans respirer, que la dénommée « Roxane » sorte de l’ombre. Qui est-elle ? Que fait-elle ici ? Et maintenant ? Est-ce qu’elle pourrait avoir quelque chose à voir avec la note ? Alexys ne voit pas très bien d’où elle saute, mais l’atterrissage ne lui laisse aucun doute possible… C’est une vampire. Et une vampire, autant que la pénombre lui permette d’en juger, au faciès probablement aussi joli que sa silhouette. La jeune femme serre les dents. Les jeunes et jolies sont hargneuses, généralement… « Grand frère », dit-elle. Ainsi donc c’est la petite sœur de Samaël… Alexys percute. Elle ne s’est jamais posé la question de savoir s’il avait de la famille, et comment les choses se passent pour les vampires… Elle coule vers le visage de l’apparent jeune homme une œillade interrogatrice… Et se crispe sensiblement lorsqu’elle entend Roxane lui suggérer de la manger. De nouveau, elle serre les dents et réprime l’envie de l’envoyer chier menu. Le deal. Elle déglutit. Elle n’oublie pas qu’elle ne doit pas le faire passer pour un con, et espère qu’il n’oubliera pas qu’il doit lui demander avant de se servir, parce qu’elle a très conscience qu’en l’instant, s’il en décide autrement, elle aura encore moins de moyens de l’en empêcher que d’habitude…

_________________
Thanks for making me a fighter
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 558
Pseudo/Prénom : Nalex/Alexia
Multicompte(s) : Aucun
Avatar + © : Luke Grimes + @Shiya
Âge : Si physiquement on lui donne 30 ans, en réalité il va sur ses 90 ans
Occupation : Prendre un mâlin plaisir à tourmenter quelques humains
Everything about me : "Donc vous voulez que je vous parle de moi. Je n’ai rien à dire. Même si c’était le cas, vous auriez tort de me croire. La confiance est un mensonge. Personne ne connaît jamais personne. Les gens pensent que si on aime suffisamment quelqu’un, alors tout pourra toujours s’arranger. Les gens ont tort [...] À la fin, vous serez seulement malheureux. "

MessageSujet: Re: the way he looks at you ...    Sam 4 Aoû - 15:23
Il l'a sauvée, mais il s'en est fallu de peu. Heureusement qu'il passait dans le coin et l'a repérée, sinon Samael n'ose imaginer ce que serait devenue son esclave préférée : un cadavre baignant dans une marre de sang, le crâne fracassé contre le bitume. Un frisson lui parcourt l'échine alors que cette image s'impose dans son esprit. Secouant vivement la tête, le vampire la fait disparaître alors qu'il prend Alexys dans ses bras pour la ramener au château, et plus particulièrement dans sa chambre à lui histoire de veiller sur elle après les émotions qu'elle vient de traverser. Bien évidemment, il ne laisse pas le choix à la blonde, même s'il s'est enquis de savoir si elle pouvait tenir debout. Voyant bien qu'elle luttait contre la fatigue, il la souleva sans effort et il ne fallut pas longtemps à la belle pour rendre les armes et capituler, passant ses mains autour du cou du vampire.

Mais alors qu'il se dirige vers le château, la jeune femme dans les bras, Samael s'arrête après quelques pas seulement. Une odeur familière lui parvient, et c'est d'une voix grave qu'il intime la personne – qui n'est autre que sa sœur – à sortir de sa cachette. Et en un instant, il comprend que Roxane est derrière tout ça. Loin de se démonter pourtant, la jeune Romanov atterrit devant eux avec agilité, et feint l'innocence. Imperceptiblement, Samael se tend, avant de faire descendre Alexys. Et, d'un mouvement ample, il la fait passer derrière lui, faisant barrière avec son corps si jamais les choses venaient à mal tourner. Car il sait sa sœur imprévisible, surtout avec les humains qu'elle a en horreur. Mais surtout, parce que l'odeur du sang de la blonde est très particulier et alléchant.. Pour Roxane, ce ne sont que de simples jouets avec lesquels s'amuser, comme en témoignent ses paroles. Alors si jamais elle se rend compte de la particularité de l'esclave... Pour sûr qu'elle ne saura pas se retenir et foncera sur sa proie. Et il n'y a pas si longtemps, il en allait de même pour Samael... « La faute à qui mh ? » qu'il rétorque, lorsque Roxane met en avant le fait que l'esclave ne semble pas au mieux de sa forme. Un coup d’œil vers Alexys et Samael perçoit l'adrénaline dont parle sa sœur. Et il doit bien avouer que la peur qui émane de la jeune femme lui ouvrirait presque l'appétit... Mais son bon sens prend le dessus, et c'est avec une maîtrise hors norme que le vampire refoule ses pulsions pour reprendre le contrôle de son corps qui ne se transformera pas malgré la faim ressentie. « Je t'interdis de la toucher, tu m'entends ? » qu'il lance à sa sœur d'une voix dure. « Elle est à moi. » qu'il ajoute rapidement, laissant sous entendre qu'il s'agit de son repas à lui, entrant ainsi dans le jeu de Roxane. Samael a toujours été possessif, et a toujours eu en horreur que sa sœur touche à ce qui lui appartient sans demander son avis avant. Roxane le sait bien. Et cette fois ne fait pas exception.

_________________
JOUER ENTRE NOUS
ça reste jouer avec le feu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: the way he looks at you ...    
Revenir en haut Aller en bas
 
the way he looks at you ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heartkiller  :: Le coeur des ténèbres :: Les couloirs-
Sauter vers: