Partagez|

The return of the mistress [RP Privé - Habitants de la maison de Jesper]

Gomory
Cursed for some and blessed for a few
avatar
Date d'inscription : 09/11/2018
Messages : 15
Avatar + © : Yvonne Strahovski + BlueAlex
Âge : 432
The return of the mistress [RP Privé - Habitants de la maison de Jesper] Mar 20 Nov - 21:41

The Return Of The Mistress - 00/00/0000
Le coeur de Gomory battait la chamade alors qu'elle se trouvait devant la porte de ce qui fut pendant des années sa maison. Néanmoins, un sourire léger s'était emparé de ses lèvres. Après quatre-vingt-dix ans d'absence, elle était de retour à Heartkiller. La vampire se tenait là, sur le perron, droite comme un i, fière et noble d'attitude. Malgré le fait que de longues années auparavant elle avait perdu son rang, elle n'en demeurait pas moins noble, visuellement du moins. Aux yeux des autres vampires, c'était une autre histoire... Son mariage avec Jesper lui avait valu de bien nombreuses réprobations dans le monde vampirique et elle avait même été reniée dans certains cercles. Jesper... En pensant à son mari, Gomory ne put s'empêcher de frissonner. Comment allait-il réagir à son retour après une si longue absence ? Certainement mal. Troublée, la femme tourna son visage vers la personne qui se tenait à sa gauche tandis que son léger sourire s'évanouissait. La personne qu'elle aimait le plus au monde, bien au-delà de l'amour qu'elle portait malgré tout à son mari. Son fils, Emerald. Inconsciemment, elle comptait fortement sur sa présence pour apaiser la colère de celui qui avait partagé sa vie des centaines d'années. Emerald, de son côté, observait la façade de l'habitation, fasciné. Comme Gomory le comprenait. Elle avait sans doute eu la même expression sur son visage lorsqu'elle était venue pour la première fois sur Heartkiller avec Jesper et qu'ils avaient découvert cette maison. Cette expression de ravissement et de fascination. Car ils avaient beau habiter dans un quartier, comment dire... modeste tout en étant noble, de la ville, le bâtiment n'en restait pas moins beau à regarder, confortable et grand à l'intérieur. Gomory sourit de plus belle et s'adressa à son fils d'une voix douce.

"Et si nous rentrions, Emy ? Il fait un froid de canard."

Le jeune vampire se tourna vers sa mère et approuva d'un hochement de tête. Alors, Gomory tourna la poignée et entra dans la demeure, suivie de près par Emerald et les deux humains qui portaient leurs bagages. Au ravissement de la vampire, l'entrée n'avait quasiment pas changé. Tous les éléments de décorations qu'elle y avait apporté des années auparavant étaient bien là. Sans exception. Cependant, elle fut prise de la soudaine impression que beaucoup de choses avaient changé dans cette maison. Alors qu'elle intima aux humains de monter ses bagages dans sa chambre et de porter ceux de son fils dans la seconde chambre la plus grande de la maison, elle accrocha son manteau au vestiaire. C'est en constatant que des manteaux féminins et masculins qu'elle ne connaissait pas y étaient suspendus qu'elle fut prise d'un doute. Y avait-il eu de nouveaux arrivants dans la maison en son absence ? Certainement. Mais qu'étaient-ils alors ? Là était la question. Après avoir déposé son manteau et enjoint son fils à faire de même, elle se décida à faire le tour du rez-de-chaussée afin de montrer à Emerald son nouveau lieu de vie. Presque rien n'avait changé et à son plus grand étonnement, tout était vide, à l'exception d'un ou deux esclaves humains qui trainaient ci et là, vaquant à leurs activités de domestiques. "Il ne les a donc pas tous massacrés..." Pensa Gomory. Une lueur d'espoir quand à l'humeur de son mari vint à poindre en elle. Très vite, alors qu'elle présentait chaque pièce à son enfant, les esclaves de la maisonnées vinrent à leur rencontre, s'interrogeant de leur présence en ces lieux. Mais aucun ne leur adressa la parole et ils ne restaient pas longtemps à proximité de Gomory. En réalité, elle ne le savait pas, mais chacun des esclaves avait jugé qu'au vu de sa connaissance de la maison, elle avait un lien quelconque avec Mr. Stuart. D'ailleurs, la rumeur courait que c'était sa compagne, puisqu'ils avaient vu des esclaves portant des valises en déposer un certain nombre dans la chambre même du maître.

Une fois qu'elle eut finit de faire visiter à son fils le plus bas étage de la demeure, Gomory entreprit de l'emmener visiter les étages supérieurs. Ils inspectèrent, à deux, toute la maison. Et plus sa visite avançait, plus Gomory constatait que d'autres habitants s'étaient définitivement installés chez eux en plus de son mari. Trois chambres d'amis semblaient notamment être occupées à plein temps, l'une qu'elle reconnut comme étant celle de Qhesira - Gomory aurait reconnu son odeur entre mille. C'est fou comme l'on retient beaucoup de détails sur la personne qu'on hait le plus au monde... - mais elle ignorait totalement qui étaient les habitants des deux autres... Cependant, elle prit garde à ne pas afficher sa surprise ni sa suspicion devant son fils. Il venait à peine d'arriver à HK et n'avait aucunement besoin de voir sa mère chamboulée. Il l'était déjà assez comme cela... Après tout, et même si c'était son choix à lui surtout, il avait quitté le seul environnement qu'il ait jamais connu pour déménager dans un endroit totalement nouveau. Au grand soulagement de Gomory cependant, la seconde plus grande chambre de la maison était restée inoccupée et les valises de son fils y avaient bien été déposées. De même, la chambre conjugale ne semblait pas avoir subis de changement notable, ni ne semblait être habitée par une personne supplémentaire autre que Jesper. Gomory décida donc de passer outre la découverte des deux chambres habitées. C'étaient peut-être simplement de nouvelles succubes ou des esclaves un peu mieux logés que les autres. Dans les deux cas, c'était bien le genre de son mari.

Gomory avait choisit de terminer sa visite par une pièce qu'elle affectionnait particulièrement dans sa demeure. Le salon de l'étage. Lorsqu'elle entra dans cette pièce, son esprit s'emplit de souvenirs lointains... Le piano, son piano adoré, était toujours là. Combien de fois avaient-ils joués ensemble, Jesper et elle ? Combien d'heures avait-elle passé à laisser ses doigts parcourir ces touches noires et blanches dans la douce lumière de ces matins d'hivers ? Combien de livres avait-elle lu, emmitouflée dans un bon plaid chaud, un verre de sang frais à la main,  dans les canapés de cette pièce ? Combien de danses improvisées elle et Jesper avaient-ils effectués sur ce parquet un poil vieillissant ? La vampire n'aurait su le dire, mais en voyant à nouveau cette pièce, elle se rappela à quel point ils étaient rares et précieux en ces temps. Elle se tourna vers son fils.

"Emy, que dirais-tu de jouer un morceau à quatre mains avec moi ? Cela fait bien longtemps que nous n'avons pas joué de piano ensemble."

"Vous avez raison, mère." répondit le jeune vampire, un large sourire sur le visage. "Que jouons-nous ?" demanda-t-il en s'asseyant sur le tabouret de piano.

"Swan Lake Waltz de Tchaïkovsky ?" proposa Gomory. "Je sais que c'est un de tes compositeurs favori."

"Volontiers." accepta Emerald.

Gomory prit cependant le temps d'allumer quelques bougies avant de s'installer au piano. Puis, les mains de la mère et de son fils se mirent à jouer, volant de touche en touche, laissant les notes de la mélodie se diffuser dans la maison. Pendant un temps, Gomory perdit toute notion du temps. Plus rien n'existait d'autre qu'elle, son fils et la musique. Et ce fut sans doute pour cela qu'elle ne s'aperçut pas que des personnes, au rez-de-chaussée, venaient de rentrer dans la demeure.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesper
Cursed for some and blessed for a few
avatar
Date d'inscription : 20/09/2018
Messages : 117
Pseudo/Prénom : KiraKoujo
Multicompte(s) : Blanche
Avatar + © : Luke Evans par Swan
Âge : 331 ans
Occupation : Maître d'une scierie et d'un atelier de fabrication d'objets en bois
Humeur : Sanglante
Re: The return of the mistress [RP Privé - Habitants de la maison de Jesper] Mer 28 Nov - 22:33

The return of the Mistress

Comme il était doux de l'avoir enfin à nouveau à mes côtés. Ma dhampire... Mon coeur s'était pus léger à l'instant même où j'avais rendu a Helena ce que je lui devais, sachant que cela me permettrait enfin de la ramener à la maison. Ma douce Klehr. Sa présence s'était faite désirée. Devais-je lui dire ? Ne s'en doutait-elle pas ? Le poison du silence avait infecté la maison sans elle. J'étais condamné. Il était bien trop tard pour moi, et peu m'importait les dira-t-on; car a ce moment précis, sa main dans la mienne m'offrait tout ce que je désirais. Je voulais tout faire pour la garder. Maintenant que j'avais aperçu ce à quoi pouvait ressembler de la perdre, j'étais terrifié à l'idée que ça arrive véritablement, un jour.

Klehr... Nous rentrons à la maison.

Je n'avais pas dit un mot sur le trajet. Du château, nous avions marché. Je serrais sa main peut-être un peu trop fort. Peut-être. Pourquoi avais-je ce sentiment atroce qu'elle m'échappait ? Il n'y avait rien de logique dans cette pensée. Je ne parvenais pas à la regarder. Tout ce que je faisais, c'était avancer, et serrer ses doigts froids dans ma paume. Finalement, la maison se dessinait au bout de la rue.

Etait-elle soulagée de rentrer ? Il y avait tant de choses a dire, et tant d'autres a lui demander...

Des notes. Une valse sautillante. Comme une envolée. Quatre mains. Tchaikovski.

Nous arrivions devant la porte quand la mélodie me parvint. Je fronçais les sourcils, reconnaissant tout de suite la voix du vieux Pleyel. Qui, de mes esclaves, était assez stupide pour toucher aux affaires du maître ? Mes yeux glissèrent sur Klehr qui, passant la porte, levait les yeux vers l'escalier. Elle devait elle même se demander qui jouait. Une pointe de colère me tira un soupire. Je ne voulais pas que quoi que ce soit, ou que qui que ce soit, ma gâche cette journée. J’expédierais inopportun, et ensuite... Ensuite, nous rattraperons le temps perdu.

J'avais lâché sa main. Ça avait été plus dur que je ne pouvais l'admettre. Rapidement, je l'aidais à retirer ma cape que j'avais jetée sur ses épaules au départ du palais, et la laissais sur un fauteuil du hall. Des regards fuyants d'esclaves m'alarmèrent. Quelque chose... clochait. Mon coeur se serra. Et si ce n'étaient pas des esclaves, là haut ? D'un pas décidé, je passais devant la dhampire, frôlant sa taille du bout des doigts, avant de monter les marches.

Suis moi, Klehr. je soufflais.

J'avançais dans le couloir, droit vers le salon. Mes pas se faisaient lents. Les mots de Klehrs, il y avait quelques mois de ça. La Mascarade, avant que tout ne dégénère... Ma gorge se serra. Qui jouait ?

Ma main que je retenais de trembler se posa sur le bois de la porte pour la pousser. Doucement. Derrière moi, les pas de Klehr se turent à leur tour.

Il y avait une femme, et un homme. Le dos droit, la posture fière d'un noble. Un regard vert croise le mien, et me tire un long frisson. Mes yeux se posent ensuite sur les mèches blondes, retenues élégamment par un chignon. Une fausse note. Une autre. Froncement de sourcils, la femme échange un regard avec l'autre. Le morceau continue. Je suis incapable de bouger.

Que faisait-elle ici ? Pourquoi aujourd'hui, quand je retrouvais enfin la dhampire ? Pourquoi fallait-il que ces mains faisant si bien chanter le Pleyel soient celles de ma femme ?

Une dernière envolée... Puis un silence. Ses yeux bleus accrochent les miens. Je n'arrivais pas à décider mon coeur et mon esprit: étais-je en colère, étonné, frustré, soulagé ? Peut-être tout à la fois. Je dus appuyer ma main contre le mur pour me donner la force de tenir. Comme il était risible de constater que les femmes dont je m'entourais finissaient par devenir mes faiblesses. Et qui, plus que Gomory, pouvait avoir ce pouvoir sur moi ?

Incapable de dire le moindre mot, j'attendais qu'elle parle. Mes yeux firent un allé-retour entre elle et le garçon, comme pour demander: qui est ce type que tu ramènes chez moi ? Je tentais de garder sur mon visage un air neutre. Je savais que ça marcherait, sur l'homme au moins. Mais Gomory ne serait pas dupe. Elle me connaissait trop. Pourquoi es-tu rentrée, Gomory ?

@Klehr @Gomory
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klehr
Cursed for some and blessed for a few
avatar
Date d'inscription : 06/09/2018
Messages : 519
Pseudo/Prénom : Vanka
Multicompte(s) : Desdemona & Jahleel
Avatar + © : Alicia Vikander - av. ©Beylin - sign.+profil ©Vocivus + ©Vanka
Âge : 29 ans
Occupation : esclave dhampire au service de Jesper
Everything about me :


Can you do it ?
Can you tell ?
You have to try everything
You have to come back
You must see further
You have to come back




Lost on the way
You will see the worst
To find the south
Without losing the north
After the certainties
Beyond the edges



Re: The return of the mistress [RP Privé - Habitants de la maison de Jesper] Jeu 29 Nov - 15:32

The return of
the mistress


La peur, la faim, la soif... Je luttais à chaque instant contre des démons qui devenaient de plus en plus familiers. À m'en faire faire des cauchemars de plus en plus terrifiants. Et si l'esclave parlait ? S'il racontait à tous ce que je lui avais fait ? Une brèche que je n'étais pas parvenue à refermer en le tuant. Car malgré ce qu'ils essayaient de me faire croire, je n'étais pas l'une des leurs. Je n'étais pas un monstre sanguinaire.

Et la raison s'en retrouvait torturée. À me poser des questions. Mais avec les jours, c'était devenu rassurant ; ce questionnement perpétuel. Je m'y raccrochais en me disant que grâce à ça, je ne perdrais pas la tête. Je ne deviendrais pas une abomination comme ces vampires E qui avaient ravagé le château il y a de ça deux bons mois.

Une excuse. Une force d'auto-suggestion.

Aucun dhampire n'était à l'abri de cette force qui sommeillait en eux. Qu'ils s'acceptent ou non, il y aurait toujours cette dualité qui me faisait comprendre pourquoi nous étions des pestiférés. Et cela rendait de plus en plus difficile de croire que Jesper s'était accroché à moi juste par curiosité. J'étais un danger. Il l'avait bien vu. Il en avait tant joué. Peut-être recherchait-il ce risque. Comme une manière de pimenter sa vie morne et bien trop longue pour ne pas finir par s'ennuyer. Une distraction.

Après tout ce que j'avais pu voir au château, j'arrivais quand même à me dire que je n'étais pas si mal tombée. Qu'à être prisonnière de cette cité, au moins mon maître vivait en dehors de cette mascarade et m'accordait un confort que je savais non acquis pour bien des esclaves... Cette chambre me manquait. Tout comme les craquements du plancher et les notes qui s'envolent. Toutes ces fois où j'en venais à oublier ce que j'avais pu être auparavant. Avant Heartkiller. Et je me surprenais à aimer cette nouvelle vie : à me dire que bien des contraintes ne me concerneraient plus jamais. Résignée à accepter ma situation. Le principal défaut de cette vie était alors ma condition : esclave. Et cette profonde aversion pour l'injustice de ma nature.

Ce n'est pas Helena en personne qui vint me chercher. Mais son laquais. Je le suivis sans dire un mot. Pour éviter de faire un meurtre gratuit, j'avais pris la résolution de ne plus percevoir Gustave que comme un robot dénué de conscience. Et ça marchait.

Arrivée dans le hall, mes pas ralentissent et mon cœur se serre. Inexplicablement, j'étais soulagée de le voir. Jesper. Il était là, face à moi, et son regard suffit à me faire comprendre que sa dette était payée. Que nous allions rentrer à la maison. Lèvres légèrement tremblantes, je vins à baisser les yeux et les mordre pour éviter qu'il ne le remarque. Le vampire glissa sa cape sur mes épaules avant de m'inviter à quitter cet endroit infernal. Sa main appuyant mon bras pour me guider vers la sortie et venant s'échouer jusqu'à mes doigts qu'il vint enlacer. Je n'opposai aucune résistance ni ne prononçai le moindre mot. J'étais consciente que c'était absurde et malsain, mais l'idée de retrouver cette demeure et ses habitants me rendait heureuse... un côté masochiste sans doute, au vu de toutes les sautes d'humeur et jeux terribles que seul l'esprit de Jesper savait inventer. Mais au moins se redessinerait un environnement connu avec des personnes tristement familières.

Tout au long du chemin, je gardai le silence. Évitai de croiser son regard, même du coin de l'œil. Mais en gardant ma main lovée dans la sienne. Ses doigts me serraient comme s'il craignait que je vienne à m'enfuir ou que l'on m'arrache à lui. Ce qui me semblait idiot : c'était lui qui m'avait envoyée là-bas... une punition qui, visiblement, s'était révélée ne pas uniquement m'être destinée. Avait-il cherché à se prouver quelque chose ? Je ne sais arrêter le flot de mes pensées jusqu'à la maison.

Passé la porte d'entrée, la musique vient accueillir mon retour. D'abord appréciant les notes de Tchaïkovsky, j'en vins à regarder Jesper d'un air suspicieux. Je n'étais pas sans savoir qu'il détestait que l'on touche à son piano. Sans qu'il ne m'ait jamais réellement dit pourquoi. Lestés de nos manteaux, il me demanda de le suivre. Ce que je fis en lui emboîtant le pas.

Derrière la porte se dessinèrent deux silhouettes. Une femme et un homme. Ils ne me disaient rien et un frisson d'appréhension m'envahit. Entrouvrant les lèvres, je voulus prendre congé sans y parvenir. Jesper sembla se décomposer et alors je craignis d'avoir compris qui était cette femme. Au moins un sur deux. Sa femme. Ezelve m'avait dit qu'elle reviendrait. Et je l'avais souhaité des milliers de fois, rêvé des centaines de nuits en vain... mais aujourd'hui où ces prières avaient cessées, elle était là. Et une nouvelle fois, je compris que tout s'effondrerait. Que plus rien ne saurait être comme avant. Et je n'avais pas envie... je n'avais plus envie de partir. D'être jetée. Immobile, je restai en dehors du salon, observant uniquement la scène se dérouler sous mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gomory
Cursed for some and blessed for a few
avatar
Date d'inscription : 09/11/2018
Messages : 15
Avatar + © : Yvonne Strahovski + BlueAlex
Âge : 432
Re: The return of the mistress [RP Privé - Habitants de la maison de Jesper] Jeu 29 Nov - 18:33

The Return Of The Mistress - 00/00/0000
Lorsque Gomory entendit enfin les pas pressés monter l'escalier et qu'elle ressentit enfin la présence de son mari sur le pas de la porte du salon, elle ne broncha pas. Même lorsqu'elle sentit une autre présence, qui la révulsa immédiatement, d'une manière plus qu'instinctive, elle ne broncha pas. La femme avait pour habitude de finir ce qu'elle avait commencé. Alors, lorsqu'elle entendit la fausse note d'Emerald, répétée après avoir croisé le regard de son père - ce genre de détail n'échappait jamais à Gomory - elle fronça les sourcils et claqua discrètement sa langue, ce qui permit à son fils de se concentrer à nouveau. Elle tenait à finir le morceau avant de s'adresser son mari. Peut-être, inconsciemment, pour bien lui faire comprendre qu'il n'était pas une priorité à ses yeux. Qu'elle était de retour, qu'il le veuille ou non et qu'elle était là pour reprendre la place de maîtresse de maison qui lui était due.

Le morceau s'acheva et Gomory daigna enfin regarder son mari. D'un regard, elle invita Emerald à retenir ses mots. Elle serait la première à parler. En réalité, elle redoutait grandement la réaction de Jesper à son retour et du fait qu'elle avait ramené un inconnu chez eux. Sans dire un mot de plus, elle se leva, et c'est à ce moment précis que son regard capta enfin cette présence qui la dérangeait grandement. Cette jeune femme, derrière lui. D'une manière instinctive, Gomory sut dans l'instant quelle abomination elle était. Le sang de la vampire ne fit qu'un tour, même si elle garda toute sa contenance et ne laissa rien paraître. Elle se devait de ne pas rendre cette rencontre entre un père et son fils inconfortable voire désagréable. Alors tant pis, elle aborderais le sujet de cette horreur de Dhampire dans sa maison plus tard. Un regard fortement dédaigneux d'une petite seconde envers la femme plus tard, Gomory se tourna définitivement vers son époux, qui n'avait pas décroché un mot depuis qu'il était entré dans la salle. Sous le choc, sans doutes. Même si le visage de Jesper paraissait neutre, la vampire lisait en lui comme dans un livre ouvert. Elle y voyait son trouble et surtout, son mécontentement de la présence d'Emerald.

Alors, Gomory s'avança légèrement, faisant signe à son fils de rester assis. Elle tenta de sourire, sincèrement, mais n'y parvint pas. La situation était trop... tendue. Elle n'arrivait pas à mettre le doigt sur le pourquoi, mais elle sentait bien que son retour ne réjouissait pas son époux, loin de là. Elle eut même la vague impression de le déranger. Elle parvint tout de même à prendre un air moins strict, plus apaisé. Car apaisée, d'un sens, elle l'était, d'avoir joué du piano ici et de s'être remémorée de si bons souvenirs. Malgré tout, cela lui plaisait d'être revenue. De plus, la présence d'une dhampire dans sa demeure lui prouva bien que son absence n'aurait pas dû s'éterniser aussi longtemps... A vrai dire, après ce qu'il s'était passé des années plus tôt, Gomory n'aurait jamais pensé que Jesper pousserait la disgrâce jusqu'à héberger une abomination chez eux. Il était grand temps qu'elle revienne, pour mettre de l'ordre dans tout cela.

"Bonjour, Jesper." dit-elle, d'une voix douce. "Comme tu peux le voir, je suis de retour. J'imagine que tu ne m'attendais plus, mais je suis là. A ce que je vois, tu as agrandi le personnel de cette maison..." déclara-t-elle en désignant du menton la dhampire. Car à ses yeux, elle ne pouvait être que cela. Une esclave quelconque de plus.

"Je t'avoue que je suis un peu... Désappointée de ton manque de réaction. Le fait de me revoir t'ennuie donc tant que cela ?" lui demanda-t-elle en toute honnêteté. Et sans même attendre de réponse, elle se tourna vers son fils. "Comme tu peux le voir, je ne reviens pas seule. Jesper, je te présente ton fils, Emerald. Il a 90 ans et est né dans le monde humain, à Paris, juste après mon départ d'ici."

Emerald se leva avant de s'incliner promptement devant son père, ne sachant sans doute pas du tout comment réagir face à cette situation. Gomory se retrourna vers Jesper. Maintenant commençait l'attente de la réaction de celui-ci. Et elle serrait déjà les dents de la façon dont il allait prendre tout cela. C'était peut-être un paris trop risqué que revenir ici sans prévenir. Beaucoup trop risqué.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr

@Jesper


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesper
Cursed for some and blessed for a few
avatar
Date d'inscription : 20/09/2018
Messages : 117
Pseudo/Prénom : KiraKoujo
Multicompte(s) : Blanche
Avatar + © : Luke Evans par Swan
Âge : 331 ans
Occupation : Maître d'une scierie et d'un atelier de fabrication d'objets en bois
Humeur : Sanglante
Re: The return of the mistress [RP Privé - Habitants de la maison de Jesper] Ven 30 Nov - 23:21

The return of the Mistress

Mon esprit m'imposa le souvenir de son départ. Presque un siècle était passé. Un siecle, a oublier sa présence. Oublier sa grace, oublier son regard, sa voix. Oublier pourquoi elle avait été l'amour de ma vie. Pourquoi revenait-elle, pourquoi justement aujourd'hui ? Pourquoi, alors que je retrouvais enfin ma dhampire ?

Le silence. Gomory se leva. Elle se mouvait fluidement, comme si elle avait était faite de voiles éthérés. Je me souvenais qu'elle avait toujours eu cette noblesse dans ses gestes, déjà à notre rencontre. La voir s'approcher de moi me serra le coeur.

Son retour, je l'avais imaginé. Je pensais avoir la force de tenir mes paroles. Je pensais que la voir raviverais la colère. Je pensais pouvoir la forcer a quitter ma maison. Mais maintenant qu'elle était en face de moi, je ne pouvais m'empêcher de penser... Pouvais-je vraiment la chasser de notre maison ? Encore une fois, me priver de sa présence ? Finalement, j'aurais préféré me rendre compte que la colère existait toujours.

La présence de Klehr dans mon dos me sembla presque dérangeante. Finalement, il y avait un peu de colère. Contre moi-même. Etait-ce mal de vouloir retrouver Klehr, et Gomory à la fois ?

Je n'avais pas de réponse, et sa voix se rappela a moi, pour la première fois en quatre-vingt-dix ans.

Elle me pensait ennuyé de la revoir ? Non. Non ce n'était pas ça, pas du tout. J'aurais préféré. Mais j'étais... Perdu. Je me rendais compte que j'avais changé. En mieux ? Cela restait à décider. Mais mon exposition à la dhampire, et son absence de ces derniers mois m'avaient... apaisé. J'osais même penser que j'étais soulagé de la voir, saine et sauve. Pareille à la femme que j'avais poussé à fuir son mariage.

Et enfin, elle parla de l'homme.

« Jesper, je te présente ton fils. »

Le temps se figea. S'effaça. Mes yeux se tournèrent immédiatement sur celui qu'elle me présentait comme étant Emerald. Il se leva a son tour. Sa posture droite, ses traits délicats. Il avait plus du Visconti. Mais quelque chose en lui me rappelait mes propres traits. Mon coeur sembla tenter de battre, sans succès. Un fils. J'avais un enfant.

Je savais que tous les deux attendaient une réaction de ma part. Mais rien ne me semblait convenir. Un fils. Comment avait-elle pu garder l'enfant secret tout ce temps ? Comment avait-elle osé me priver de mon sang, de ma chair. Elle qui savait à quelle point avoir une famille était important pour moi. Et malgré l'amertume qui scellait mes lèvres, je ne parvenais pas à lui en vouloir. Elle était partie pour fuir un homme détestable. Comment pouvais-je espérer qu'elle m'autorise à le connaître ? Et je compris alors l'honneur qu'elle était entrain de me faire. Et je me doutais que son retour ne devait pas être de son chef. Le garçon avait dû demander à connaître son père. A... me connaître. Elle aurait été assez forte pour le garder loin de moi à jamais, je n'en doutais pas. Et le savoir me faisait comprendre son attitude si calme alors qu'elle aurait pu craindre un orage de colère... J'avais une épée de Damoclès au dessus de la tête. Au moindre faux pas, je perdais l'enfant. Mon enfant...

Mon souffle ne revenait pas. Battu, je me détournais de cette scène. Klehr se tenait toujours en retrait. Je l'observais, et me surprenais à la voir d'une toute nouvelle manière. Ni comme une esclave. Ni comme une abomination. Ni comme un amour interdit. Seulement pour qui elle était: une femme, qui assistait à la plus étrange réunion de famille. J'étais comme anesthésié.

Je me laissais tomber contre le mur. Je devais répondre, n'est-ce pas ?

« Bonjour, Gomory. » je lâchais d'une voix blanche.

Mes yeux se fermèrent. Quelle image donnais-je a Emerald ? Certainement pas celle que j'aurais voulu que mon fils aie de moi. Mais c'était trop à supporter, beaucoup trop pour moi. Malgré la force que je prétendais avoir, une femme et un enfant me laissaient sans défenses.

Mes yeux cherchèrent mon seul repère inchangé. Klehr. Je la regardais comme si elle avait pu me sauver de tout ça. Et quelque part, j'y trouvais le courage nécessaire pour me redresser. Aujourd'hui, je la retrouvais enfin, alors que je l'avais rêvée près de moi des mois durant. Gomory était partie, et m'avais laissé le temps d'une vie humaine. Je ne pouvais pas la laisser me priver de Klehr. Quant à l'enfant, malgré l'envie de me réjouir, une amertume profonde d'avoir tout raté de ses jeunes années posait une barrière entre nous. Je souffrais autant que j'étais heureux. C'était à n'y plus rien comprendre.

« Excusez moi, tous les deux. » je marquais une pause, et adressais un pauvre sourire à Emerald, pour qu'il comprenne que je ne l'ignorais pas. Puis invitant d'un geste la dhampire à entrer dans la pièce, je prenais à mon tour le chemin des présentations. « Je vous présente Klehr. » J'attrapais sa main, enserrant ses doigts comme pour la rassurer. La protéger. « Klehr, voici ma femme. Gomory Visconti. »

Je serrais les dents. Des mots que je ne devais pas prononcer brûlaient mes lèvres. Mes doigts se resserrèrent sur ceux de Klehr.

« Elle n'est pas une domestique, contrairement à ce que tu penses. »

Je sentis les muscles de la dhampire se tendre. Bien sur, elle ne devait pas comprendre que je dise ça. Elle ne savait pas que je la protégeais en lui donnant une position qu'elle n'aurait peut-être jamais eu sans le retour de Gomory. Une invitée. Ma peur de la perdre monta en flèche à cette pensée. A vouloir la protéger de ma femme, je risquais de la voir disparaitre.

« Cher enfant, je suis honoré de faire ta connaissance. J'espère que tu me pardonneras d'avoir été absent ces dernières années. Tu aurais mérité la présence d'un père. Mais j'ai confiance en Gomory... Ta mère... Je ne doute pas qu'elle aie été une mère exemplaire. »

Ma gorge se serra. Comme j'aurais voulu savoir. Etre là pendant la grossesse. Voir naître mon fils, le voir grandir. J'avais raté tout ça. Je regardais Gomory avec une tendresse non dissimulée. Elle m'avait donné un fils. Comment être en colère ?

@Klehr @Gomory @Ezelve
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klehr
Cursed for some and blessed for a few
avatar
Date d'inscription : 06/09/2018
Messages : 519
Pseudo/Prénom : Vanka
Multicompte(s) : Desdemona & Jahleel
Avatar + © : Alicia Vikander - av. ©Beylin - sign.+profil ©Vocivus + ©Vanka
Âge : 29 ans
Occupation : esclave dhampire au service de Jesper
Everything about me :


Can you do it ?
Can you tell ?
You have to try everything
You have to come back
You must see further
You have to come back




Lost on the way
You will see the worst
To find the south
Without losing the north
After the certainties
Beyond the edges



Re: The return of the mistress [RP Privé - Habitants de la maison de Jesper] Ven 7 Déc - 12:16

The return of
the mistress


Sa faculté visuelle n'était pas dépendante des mouvements, j'en avais bien conscience, mais pour éviter d'attirer ne serait-ce qu'une seconde de plus l'attention, je restais figée. Garder mes yeux rivés sur le sol ne marchait pas comme je le voudrais... mon regard ne pouvait s'empêcher de déchiffrer la situation, détailler des traits, des gestes. En retrait, en silence, correspondant à l'image de l'employée de maison. Une place que la vampire semblait évidente. J'ignorais quelle était réellement ma place. Et je crois que Jesper aussi, ignorait la place qu'il voulait m'attribuer. Mais à présent, je pouvais être rassurée sur le fait qu'il ne pourrait chercher à faire de moi son égale. Cette femme était sienne et semblait être le réel chef d'orchestre de cette maison.

Je pouvais me demander pourquoi, qu'avait-elle de spéciale ? Était-ce sa puissance ? Ses actes passés ? Une emprise qu'elle savait exercer sur lui ? Les possibilités étaient immenses, surtout pour un esprit ignorant leur histoire et celle des vampires. Ezelve m'avait confié qu'elle pourrait être une porte de sortie et son dédain me faisait comprendre que ce ne serait pas par altruisme : un regard suffit à me faire savoir que cette vampire n'accepterait pas d'hybride sous son toit. J'allais partir oui, malgré le fait que je ne voulais plus quitter cette maison. Et je ne sortirai peut-être pas en un seul morceau...

Et alors la voix de la vampire continua de se propager, annonçant un lien qui me pinça inexplicablement le cœur : un fils. Celui de Jesper. Cet homme était le vampire né de l'union qu'ils formaient. Je ne me sentais pas à ma place, vraiment pas à ma place. Et le regard du vampire n'arrangea rien. Je le maudis de tourner son attention sur moi qui voulais devenir invisible et me dérober à la première occasion. Mon souffle se mit en suspend jusqu'à ce qu'il vienne se laisser reposer sur le mur juxtaposé. Encore figée, je baissai les yeux, essayant de me rappeler si une fois je m'étais sentie aussi mal à l'aise. Même à Heartkiller la réponse était non.

Sentant ses yeux revenir sur moi, je ne pus m'empêcher de lever les miens vers les siens. Croisant son regard en espérant qu'il m'apporterait la libération à me demander de quitter cette pièce maudite à l'air suffoquant. Mais ses mots en dirent tout le contraire...

Un geste auquel je me vis contrainte d'obéir. Je marchais sur des œufs et Jesper vint prendre ma main en face même de sa femme. Un affront qui allait certainement me retomber sur la tête avant de l'égratigner lui... pourquoi persistait-il à me mettre dans toutes ces situations déplacées et déplaisantes ? Sa main était aussi moite que la mienne... il était déstabilisé, presque autant que moi... Et ce contact, aussi déplacé soit-il, paraissait nous rassurer tous les deux. Mes doigts serrèrent les siens à mesure que les battements de mon cœur s'accéléraient. Une présentation. Sans rang. Une présentation avec l'assurance que je n'étais pas une domestique. Mes yeux se tournent vers ceux de Jesper, incrédules. Qu'est-ce que ça pouvait vouloir dire ? Quelque chose avait changé depuis mon absence, et j'ignorai ce que ça pouvait être. Et si cet inconnu vers lequel il m'entraînait m'aurait effrayée quelques mois auparavant, aujourd'hui je m'en voyais envahir par une vague de chaleur à espérer je ne sais quoi...

Son attention se reporta sur Emerald et la mienne s'évapora vers le sol qu'à cet instant, je bénissais d'exister. Ignorant le regard que Jesper pouvait porter à sa femme, comprenant l'émerveillement naissant de réaliser qu'il était père... si ça ne changeait rien à mon malaise face à la situation, je me surprenais à être contente pour Jesper. Il retrouvait sa famille, des êtres que, par nature, il devait être conditionné à aimer et respecter. De quoi le rendre plus humain. À avoir été privée de famille, je ne pouvais, au fond, n'être qu'heureuse de voir des êtres si chers se retrouver, se donner une deuxième chance. Bien que ce soit terni par le sentiment que ce serait à mon détriment. « Permettez-moi de prendre congé », demandai-je à Jesper d'une voix basse dans un sourire plus que timide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezelve
Cursed for some and blessed for a few
avatar
Date d'inscription : 17/09/2018
Messages : 371
Pseudo/Prénom : Irsonaize
Avatar + © : jared leto
Âge : 45 ans
Occupation : homme de lettres, historien
Everything about me :
Re: The return of the mistress [RP Privé - Habitants de la maison de Jesper] Dim 9 Déc - 0:24


The Return of...
Them & I


Plus l'envie de grand chose, la faim ne me rassasiait pas, la soif ne me faisait plus perdre pied, et j'ai lentement couler. Les jours ont défilé, je n'arrivais pas à ramener un seul putain d'esclave pour faire l'échange, pour la récupérer, et je me suis laissé porter. ça fait deux jours que je ne suis plus sur l'île d'ailleurs... Non Jesper est encore en vie, et je suis encore son chien chien, d'ailleurs je suis allé lui chercher un colis. Dit d'important.

Je me moque de lui, de son monde tordu, de sa déférence à mon égard, j'ai arrêté de me soucier de mon sort aussi. Peut être plus grave encore. Personne ne peut me sauver, je suis une âme en peine, et j'ai laissé mon être en friche, je ne déclenche même plus mon pouvoir pour rien, ni personne. Je meurs en fait... je n'avais jamais réfléchi à la mort, jusqu'à maintenant. Mais la mort doit ressembler à ça.

Je récupère finalement le colis, en ayant dormit dans la rue, à moitié ivre mort, composant bien malgré moi, des chansons d'une tristesse absolue. Et le lendemain, j'ai reprit le chemin vers l'île, à bord d'un navire de pêche, masqué sous une capuche noir, laissant transparaître une barbe hirsute, et une chevelure bien trop longue.

Rien à foutre, c'est dans cette optique que je suis rentré, transportant la boite dans mes bras, et rentrant dans cette amère demeure, que je me dois d'appeler maison. Je pousse la porte, et déjà, je sais que quelque chose cloche. Quésira a l'air nerveuse, elle regarde à travers la porte du petit salon, je la pousse, et ne me donne pas la peine de frapper, ni de regarder avant d'entrer.

- Je suis rentré. Dis-je en m'arrêtant devant la scène.

Une sublime femme blonde, aux atours glacés était là devant un Jesper étrangement calme, et une Klehr voulant prendre congé. Sans oublier, la présence d'un troisième vampire derrière ce tableau.

- Ezelve... Dis-je alors, en laissant la boite sur une table, me dirigeant vers celle que je pensais être la maîtresse de maison. Gomory je présume. Je m'agenouillais devant elle, sincère. Puisque sincèrement heureux de la voir revenir.

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: The return of the mistress [RP Privé - Habitants de la maison de Jesper]

Revenir en haut Aller en bas
The return of the mistress [RP Privé - Habitants de la maison de Jesper]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les USA comptent 90 armes pour 100 habitants
» Les habitants des Iles
» Aristide Says He Is Ready to Return to Haiti, Too
» comment s'appelle les habitants de....?
» Nouvelle structure de la Partie Privée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heartkiller  :: Bienvenue en enfer :: Les habitations-
Sauter vers: